Après le Conseil Régional d’IdF, c’est la SNCF qui délocalise

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

IBM gérera la maintenance soft de la SNCF à partir de l’Europe de l’Est

Un « Etat exemplaire »…. La SNCF, société nationale, vient de mettre en compétition  la surveillance du fonctionnement de ses logiciels. La Maintenance « soft », comme on dit. Jusqu’ici, c’était Steria, SSII française, qui, comme bon nombre de sociétés de cet environnement détachait un certain nombre de ses salariés dans les locaux de la SNCF afin d’assurer cette mission. Exit Steria, c’est IBM, société américaine, qui vient de remporter le marché. IBM était moins disante car prévoyant de délocaliser vers l’Europe de l’Est cette activité jusqu’ici réalisée en France.

Interrogée par le « Parisien » d’aujourd’hui 20 septembre, la direction de la SNCF a confirmé que certains de ses sous-traitants informatiques employaient du personnel à l’étranger, chiffrant son nombre à 260 personnes, au Maroc et dans d’autres pays de l’Union européenne comme l’Espagne pour le pilotage de l’informatique du service de ressources humaines. Tout confondu, les différents transferts à l’étranger des services informatiques de la SNCF vont générer, selon les syndicats, la disparition d’environ 500 postes en France.

Hormis le fait qu’un Etat qui mène cette politique est difficilement crédible quand il se targue de jouer les défenseurs de l’emploi et se permet des accusations et des insinuations comme celles qui furent proférées par le ministre du « redressement productif » dans l’affaire PSA, notons qu’il s’agit bel et bien d’emplois de technologie. Le discours traditionnel de la France qui perd des emplois peu qualifiés pour se concentrer sur la valeur ajoutée et les emplois technologiques est battu en brèche au sein même de l’appareil étatique.

Verrons nous le chevalier Montebourg enfourcher son destrier et revêtir son armure pour aller guerroyer du côté de la rue du Cdt René Mouchotte? A moins que seigneurial, il ne convoque ce manant de Pepy afin de le souffleter? Plus prosaïquement, je crois que nous n’entendrons parler de Monsieur Montebourg qu’en fonction des millimètres/colonne que la pige de Matignon aura relevé sur le sujet. Et encore se contentera-t-il de demander à quelque ami désœuvré de lui remettre un rapport.. Qui entérinera la décision.

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.