Adios, Crédit Immobilier de France!

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

C’est fini, l’Etat apporte sa garantie, et va nommer les liquidateurs. Le CIF est mort et son Président sacrifié.

Ce week end fut décisif pour le Crédit Immobilier de France. Nous vous annoncions il y a déjà quelques temps que le CIF était condamné, nous vous disions mercredi dernier que le crash était imminent, eh bien c’est fait, le Crédit Immobilier de France s’est écrasé après une longue chute pendant laquelle, invariablement, les décisionnaires nous répétaient l’antienne « jusque là tout va bien, jusque là, tout va bien…« .

Vendredi 31 août au soir, le dernier conseil d’administration du Crédit Immobilier de France s’est tenu. Appel a été lancé à l’Etat pour sauver le CIF. Bercy n’a pas répondu par une nationalisation ni par un sauvetage. L’Etat apportera sa garantie afin de permettre la levée des fonds minimums permettant à l’établissement de poursuivre son activité…. dans le cadre d’une gestion « en extinction ». C’est à dire, pas d’affaire nouvelle, réduction des effectifs, transfert d’activités sur d’autres structures. Le modèle cité est Dexia (tiens, tiens, gageons que parmi les rapaces qui se partageront la dépouille de CIF, nous trouverons…. La Banque Postale). «Il n’est pas question de nationaliser le CIF», assure-t-on à Bercy. Même si nous ne sommes effectivement pas dans le scénario d’une nationalisation, il n’en demeure pas moins que l’Etat impose sa loi.

Exit Claude Sadoun, et sans indemnités, s’il vous plaît! Cette précision est écrite en toutes lettres sur le communiqué de presse du ministère qui annonce la mise en place de la garantie et réitérée avec force par Jm Ayrault à la radio. Si cette sortie n’est pas glorieuse, au moins cet énergique dirigeant qui avait constitué le groupe en un peu plus d’une dizaine d’années, qui avait réussi à sauver les actifs de son établissement quand l’Etat avait cherché à s’emparer de ses 3 milliards d’euros de fonds propres et qui avait même eu gain de cause devant le Conseil d’Etat en mars dernier face à l’Autorité de Contrôle Prudentielle(*), n’aura-t-il pas à conduire son bébé à la morgue. C’est peut être le tandem mis en place vendredi dernier avec Bernard Sevez, un administrateur du CIF nommé PDG, et Patrick Amat, directeur financier, nommé au poste de DG qui se chargeront de la sale besogne. Peut être car ils ne semblent pas (d’après les « on dit » des gens qui se disent bien informés, mais auxquels en l’occurrence, votre serviteur accorde quelque crédit) avoir la pleine confiance du ministre Moscovici.

Là dessus, il faut quand même évoquer la déclaration de Jean Marc Ayrault qui a assuré aujourd’hui, dimanche 2 septembre, lors de l’émission « Tous politiques (29’55 »)» sur France Inter, que « comme cet établissement dispose de fonds propresl’argent des contribuables ne sera pas mis en cause ». La garantie que dès lundi l’Etat sera amené à présenter est déjà de 4.7Md€. On estime qu’à terme elle s’élèvera à 20Md€. Les fonds propres évoqués par le premier ministre s’élèvent quant à eux à 1.6Md€ (au dernier bilan connu (p.25), puisque le CIF n’a pas publié ses comptes)…. Bon, il faut reconnaître que les encours s’élèvent à 32.9Md€, mais, cher premier ministre, il ne s’agit pas de fonds propres…. Toujours est il que l’Etat accepte de garantir, avec l’argent des contribuables le refinancement  d’un établissement auquel les investisseurs indépendants ne veulent plus prêter, ne l’estimant pas fiable! Affirmer de la sorte que l’opération ne coûtera pas un cent au contribuable me semble quelque peu téméraire….

(*) L’ Autorité de Contrôle Prudentiel, autorité de tutelle, avait demandé au CIF de renforcer ses capitaux propres et réclamait au CIF un ratio de solvabilité d’au moins 12 % avant le 31 mars 2010. Le CIF avait alors engagé un recours auprès du Conseil d’Etat afin de faire annuler la décision de l’ ACP. Le juge administratif a finalement donné raison au CIF et a décidé que le Crédit immobilier de France n’avait pas besoin de renforcer ses capitaux propres. La juridiction administrative a donc annulé la décision de l’ ACP le 5 mars dernier et a condamné l’Etat à verser 1 500 euros au CIF. Le flingage de Sadoun, tant dans le communiqué de presse que dans l’intervention radiophonique de JM Ayrault ressemble un petit peu à un règlement de compte sur fond de démagogie. Notre Premier Ministre n’a pas l’élégance de s’abstenir de tirer sur une ambulance…

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]

4 comments

  • … il me semble, faute de connaissance reelle du dossier, que le Crédit Immobilier de France ne deroge pas a la regle des organismes de credits… soit un peu poins de 10% de fond propre pour couvrir les encours de prets!

    a partir de là, les interets servis par les clients sur les prets doivent financer ses frais de fonctionnement complets et ajouter de la marge – faible peut-etre – pour renforcer ses fonds propres.

    Si le Crédit Immobilier de France a des difficultés, cela ne peut provenir que de 2 mecanismes :

    -1- taux trop faibles et/ou frais de fonctionnement trop elevés… et là il s’agit d’un vrai probleme de gestion… si votre boulangerie brade son pain ou depense plus que son CA cela ne peut durer…

    -2- defaillance des clients qui ne remboursent pas..

    ………..

    Alors, dans le premier cas, l’etat a raison de mettre son nez dans l’affaire et exiger qu’une gestion rigoureuse et saine de l’organisme, peu importe ses prelèvements de fonds propres… Si la reprise en main est impossible (taux trop hauts, frais deja reduits), alors le CF devrait immediatement se retrouver devant un liquidateur et si c’est encore possible ceder a un repreneur ce qui reste, avec naturellement l’application des regles de securités de ce type d’activité.

    Mais dans le second cas, il n’y a pas de raison que le Crédit Immobilier de France meure. il represente une alternative a d’autres organismes de prets et a toute sa place dans l’ecosysteme. L’etat, s’il doit « sauver » le CIF, dans les meilleures regles, doit mobiliser des capitaux pour sa sauvegarde et se substituer globalement aux emprunteurs qui ne remboursent pas, en versant, a leur place, les sommes dues permettant ainsi la poursuite de l’activité. Le CIF doit alors continuer a fonctionner (poursuivre les payeurs defaillants).
    Le Crédit Immobilier de France ne doit pas profiter de circonstances economiques defavorables pour financer des erreurs de gestions et des abus ou autres depenses qui n’ont rien a voir avec son activité.
    L’etat se fera normalement rembourser les avances si le probleme est sincere et provient bien directement de l’activité et des defaillances des clients.

    Cela parait naïf, mais c’est LA solution la plus juste au regard de l’usage de l’argent du contribuable, de la gestion d’une entreprise et du filet de securité que l’etat doit a ses citoyens dans ce contexte.

    Bonne journée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.