Retraites complémentaires: du nouveau sur la position du MEDEF

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Le conseil exécutif du Medef, sous la pression, voire le diktat, de Laurence Parisot, a décidé d’abandonner sa position sur la baisse des pensions de réversion complémentaires.

Dans le cadre de la négociation Arrco-Agirc, que nous avons déjà évoqué ici la semaine dernière et dont le dernier round doit se dérouler aujourd’hui, la délégation représentant le patronat avait pour proposition de réduire de 60% à 54%, entre 2012 et 2014, la part de la pension reversée au veuf ou à la veuve de l’assuré. Cette proposition avait un impact limité sur les caisses, puisque,malgré l’économie réalisée, celles ci restaient largement déficitaires.

Eh bien même cette modeste économie n’aura pas lieu. Motif? Elle frapperait majoritairement les femmes (une mesure frappant majoritairement les hommes eut trouvé grâce aux yeux de la Présidente « très politiquement correcte » du MEDEF). Dans la foulée, exit aussi la proportionnalité entre durée du mariage et taux de réversion! Dans la même logique (néfaste aux familles unies, stables et prolifiques…), les majorations pour enfants pourraient être limitées à la demande de certains syndicats partageant avec leurs « partenaires sociaux » (et voisins de tables aux dîners du « Siècle ») la même vision de la société française.

Une seule certitude demeure: le trou béant des régimes de retraites qui se profile à l’horizon. Pour faire bonne figure devant ses adhérents, le MEDEF réaffirme ne pas vouloir entendre parler de hausse de cotisation. Mais se garde bien de communiquer sur son abandon des propositions d’économies. S’agit il de crier plus fort pour mieux abandonner à a table? Il conviendra alors de se mettre d’accord sur une hausse « limitée et étendue sur plusieurs années »….. du déjà vu, quoi!

Addentum 14h00: C’est confirmé, aucune des propositions tant des syndicats que du MEDEF ne prend en compte le déséquilibre du régime. Le nécessaire « consensus entre amis » amène à prendre pour hypothèse une baisse de 3% du chômage dans les années qui viennent et une hausse de 1.5% de la productivité (nos « partenaires sociaux » deviennent des adeptes de la méthode Coué…. à moins qu’ils ne se convertissent et implorent une intervention miraculeuse de la Très Sainte Mère :-)) . Par contre, une majoration de 10% pour 3 enfants et plus semble acquise, avec néanmoins un plafond.

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.