Radio France: l’homme au bureau à 100 000€ « présente ses excuses »

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

maison de la radioUn bureau à 100 000€ payé par l’argent des contribuables pour un PDG inutile!

Le mea culpa du PDG pris la main dans la bourse

Mathieu Gallet, PDG de Radio France, reconnaît son erreur dans un entretien au journal Le Monde. C’est déjà ça. Nommé en mai 2014 à la tête du groupe public d’audiovisuel, Matthieu Gallet, 38 ans, a déclaré : « Dans le contexte financier qui est le nôtre, j’aurais dû reporter cette opération de restauration. C’est ma responsabilité, et je tiens à m’en excuser auprès de vous tous« , dans une lettre aux salariés lundi, ainsi que dans une interview au Monde.

Le Canard Enchaîné avait révélé mercredi dernier que les frais de rénovation du bureau de Mathieu Gallet, avaient coûté plus de 100.000 euros, alors que selon le PDG, le groupe Radio France devait trouver 50 millions d’euros d’économies. Dans la foulée, l’inspection générale des Finances a décidé de lancer une enquête sur les dépenses de la direction.

Un contexte économique et social difficile

Même si les explications de Mathieu Gallet sont plausibles  (« Ces travaux avaient été prévus avant mon arrivée, dans la cadre du chantier de réhabilitation de la Maison de la radio. Leur coût très élevé s’explique à hauteur de 70.000 euros par la restauration des boiseries« ), il n’en demeure pas moins que ces dépenses dispendieuses arrivent à un moment où l’Etat a de sérieux besoin de faire des économies. Nous sommes de plus en plus nombreux à rappeler que la radio n’est pas dans les attributions régaliennes de l’Etat, que seul l’Etat chinois possède plus de stations de radios que l’Etat français qui paie, avec l’argent des contribuables, le fonctionnement de plus de 110 (!!!) stations. Ajoutez à cela le « syndrome Lepaon » qui amène forcément les militants syndicaux à tirer sur le PDG, comme mus par une volonté cachée de venger leur ancien secrétaire général et vous comprendrez que Gallet est bien obligé de passer par la cas « mea culpa ».

Radio France prévoit un déficit de 21,3 millions d’euros cette année, du jamais vu dans l’histoire du groupe. Surtout que lorsque l’on parle de « déficit », il s’agit bien de dépenses en plus des sommes initialement allouées par l’Etat dans le cadre du budget et provenant essentiellement de la redevance audiovisuelle, c’est à dire de la poche des contribuables. Le jeune PDG prévoit donc un « plan de départ » (mise au chômage) portant sur plusieurs centaines d’emplois

« Moratoire » et « personnalité extérieure » pour noyer le poisson et enterrer l’affaire

Mathieu Gallet a enfin proposé « un moratoire » sur une partie des travaux encore à réaliser à la Maison de la Radio et la désignation d’une « personnalité extérieure » pour procéder à une expertise sur l’état actuel du chantier, démarré en 2009, et d’un coût de plus de 350 millions d’euros. Il s’agit bien sûr d’enterrer le dossier et de laisser passer de l’eau sous le pont de Grenelle en attendant que viennent des jours meilleurs.

Vendre l’audiovisuel public

A quoi servent 110 stations de radio? Est ce du ressort de l’Etat de payer des personnels au luxueux statut pour organiser des émissions de petites annonces ou passer de la varioche? Tandis que nos forces armées sont sous équipées, sous entraînées, et en sous effectifs, alors que nous fermons des tribunaux, que nous supprimons les tribunaux de proximité, que les cours sont engorgées, alors que nos prisons sont sur peuplées et les gardiens sous formés et en sous effectifs, alors que nous supprimons des unités de gendarmerie et que nous fermons les commissariats le soir, alors que nous fermons des ambassades et des consulats, que nous supprimons les écoles de l’Alliance française, l’argent des contribuables français continue de servir à payer plus de 4000 permanents (plus les vacataires) pour pousser les boutons et diffuser les mêmes musiques, les mêmes infos et les mêmes animateurs que sur les stations privées….

Il conviendrait que l’Etat, dans une vaste politique de recentrage de ses dépenses, envisage de vendre ou de fermer l’immense majorité de ces stations. Cela soulagerait considérablement son coût de fonctionnement sur un secteur par excellence non-régalien.

One thought on “Radio France: l’homme au bureau à 100 000€ « présente ses excuses »

  • Au lieu de s’excuser il n’a qu’à rembourser une partie des frais de restauration de son bureau.
    Tout ça c’est du pipo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.