Première émission à 100 ans libellée en Euro, ça gaze pour GDF!

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

GDF Suez a annoncé ce matin avoir émis pour 300 millions d’euros d’obligations à 100 ans. Tout fier de lui, le groupe a souligné qu’il s’agissait de « la première émission à 100 ans jamais réalisée sur le marché euros« . Le taux de rendement du coupon a été fixé à 5,95 %. L’entreprise a reçu des ordres émanant de trente-cinq acheteurs, qui ont demandé jusqu’à 400 millions d’euros de titres au total. L’opération allonge la maturité moyenne de la dette nette de GDF Suez. La dette nette de GDF Suez s’élevait à 33,8 milliards d’euros fin 2010. Libellée à 45 % en euros et 26 % en dollars, la dette du groupe, qui avait une maturité moyenne de 9,1 ans avant cette opération, passe maintenant à 10 ans. Le coût de la dette reste quasi inchangé à 4,7%.

Le placement a été dirigé conjointement par Bank of America, Merrill Lynch et JP Morgan. Notons que GDF Suez n’est pas à son coup d’essai, puisque le groupe avait déjà en septembre dernier émis des obligations pour un montant de 700M£ à 50 ans.

Des obligations à 100 ans, est ce bien raisonnable?

Les obligations à 100 ans comporte en général des clauses prévoyant un rachat anticipé (on dit qu’elles sont « callable »). Ce type d’émission de très long terme, sans être monnaie courante n’a rien d’exceptionnel. En août 2010, la société de chemin de fer américaine Norfolk Southern avait déjà émis des obligations à 100 ans. En janvier de cette année, la société d’énergie danoise Dong Energy a émis, quant à elle,  des obligations hybrides à 1000 ans !!! Mais ces dernières sont « callable » en 2021, dans 10 ans donc.

L’intérêt pour les émetteurs est d’allonger la maturité de leur dette afin d’alléger le poids de celle ci sur les résultats annuels. Pour les investisseurs, cela permet à ceux d’entre eux qui ont des contraintes de gestion, d’allonger la duration et d’augmenter la sensibilité de leur portefeuille d’obligations.

Qui souscrit?

Certains assureurs dont les actifs doivent correspondre aux engagements qu’ils ont en passif, certains gérants de portefeuille qui doivent suivre un indice et donc conserver un certaine duration moyenne de leur portefeuille, des fonds de pension, en particulier britanniques. Spécifiquement dans cette op&ration, il semblerait que quelques hedge funds aient aussi répondu.

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.