L’IGAS évoque la remise à plat des régimes de cumul emploi-retraite

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

L’inspection générale des affaires sociales a évalué le dispositif de cumul emploi-retraite dans un rapport publié le mois dernier. Le principal constat est que la coexistence actuelle de trois formes de cumul emploi-retraite (inter régime, intra-régime intégral et intra-régime plafonné) rend complexe leur application, créé des inégalités d’accès et constitue « une perte de droit pour les personnes les moins informées« . Les auteurs du rapport recommandent donc une fusion des différents mécanismes.

Une fusion qui doit s’accompagner du renforcement de certains principes, comme la liquidation de toutes les retraites préalablement au cumul entre une pension et un revenu d’activité et la généralisation d’une cotisation non productrice de droits à partir du démarrage du cumul.

Ils souhaitent également que le nouveau dispositif de cumul ne soit pas plafonné et qu’un débat puisse avoir lieu au sein du Conseil d’orientation des retraites (COR) afin de déterminer l’âge pertinent d’accès au cumul emploi retraite. Ils préconisent, en outre, la suppression du dispositif de retraite progressive.

Par ailleurs, la mission propose de mettre en place un mécanisme d’intéressement spécifique pour les bénéficiaires du minimum vieillesse, ceux ci ne pouvant de fait cumuler leur prestation et un revenu d’activité, puisque cette situation aboutit mécaniquement à baisser le montant de leur prestation et donc à annuler le bénéfice financier de la reprise d’activité.

Tout cela semble pétri de bonnes intentions. C’est bien évidemment en rupture totale avec l’idéologie de gauche qui veut qu’un retraité ne doit pas travailler car il prend l’emploi d’un chômeur. Alors, comment se fait il que l’IGAS nous sorte cela? Quelques mesures, probablement inévitables, concernant les revenus des retraités seraient elles en préparation qui méritent une plus grande souplesse des retraités à l’activité rémunérée? Notre gouvernement deviendrait il adepte du « travailler plus pour gagner plus »? Les mois qui viennent sauront nous renseigner, soyons en sûrs….

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]
 

Avez vous lu ces articles?

One thought on “L’IGAS évoque la remise à plat des régimes de cumul emploi-retraite

  • ….. Alors, comment se fait il que l’IGAS nous sorte cela? …..

    Dans un eco systeme parfait, une fois la retraite atteinte et liquidée il est normal que le salaire de substitution accordé a un retraité soit exclusif, ou quasiment exclusif, le besoin d’un boulot remuneré suplementaire ne se faisant pas sentir.
    Il devrait y avoir d’ailleurs pour cela une forme de contrat de travail dispensant le travailleur de cotisations retraites, puisque les droits sont eteints, mais pas de cotisations santé, puisque le travail entraine un risque supplementaire. Les entereprises ne doivent pas etre exemptées de ces cotisations pour ne pas desequilibrer le systeme (embauche de retraités seulement, le cout du travail etant moins cher.

    Oui, mais voila, l’eco systeme est loin d’etre parfait et de nombreuses distorsions persistent et s’emplifient, notament celles liees a la faiblesse des revenus et droits acquis avant retraite qui font que le salaire differé est si faible qu’on ne peut pas vivre avec.
    La non cotisation des revenus autres que ceux du travail direct (c’est le gouvernement qui est responsable),… les taux de chomages eleves privant de ressources les fonds de santé et de retraite (ce sont les entreprises qui sont responsables)… entraine une revision du modele ideal.

    Sur les deux solutions possibles… une autoritaire, drastiques et douloureuse pour tous… et une autre plus consensuelle, moins brutale et adaptative, c(‘est cette derniere qui semble choisie.

    En autorisant le travail complementaire, l’IGAS tente de resoudre le probleme des retraites trop faible, mais que fait-on de ceux qui ne peuvent plus travailller (mais qui voudraient…)
    En examinant le financement des caisses par la reintegration de cotisations partielles, completes, ou contextuelles notre syste social va peut etre resoudre l’equation de son financement.

    Ce qui est sur c’est que ce n’est ni en augmentant les cotisations, ni en reduisant les retraites que ce sera possible, il faut bien un jour realiser que les entreprises, toutes les entreprises, sont des acteurs sociaux a l’interieur du systeme et non pas des entités extra terrestres (extra-sociales donc) qui ne participent en rien a la societe globalement.
    Les entreprises ont un DEVOIR social (que bien de commentateurs oublient) et doivent participer integralement a la societe, ne pas etre predatrices, en remunerant correctement le capital ET le travail, en s’assurant de la fluidité des capitaux comme des emplois (moins de chomage particulierement) et c’est cela que l’IGAS tente de faire en re-introduisant le travail apres retraite…

    Mais, si les mesures d’accompagnement sont mauvaises, alors les entreprises vont continuer de se demarquer du tissu social sur lequel elles croissent, elles n’embaucheront qu’au meilleur prix des retraites, licencieront les autres et aggraveront les difficultes globales qu’elles semblent pourtant denoncer.

    desolé a un probleme complexe on ne peut qu’emettre un commentaire long. Bonne journée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.