Les lecteurs de MVMA partagés…

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Voici les résultats du sondage concernant la relance de la production en France que nous avons réalisé sur le site « MaVieMonArgent.info » entre le 1ier mai et le 30 juin 2012:

Une seule participation possible par adresse IP.

La question était: « La relance de la Production française passe-t-elle à votre avis: (2 choix possibles) »

Il y eut 642 votants correspondant à 990 votes, soit un votant sur deux qui n’a choisi qu’une seule solution alors que le sondage offrait la possibilité d’en choisir deux.

  • 408 votes pour la proposition « Par le transfert du coût de la protection sociale sur la consommation?« 

Cela représente 63% des votants! (41% des réponses). Le transfert du coût de la protection sociale sur la consommation, cela veut dire concrètement l’augmentation de la TVA ou la création d’une « TVA sociale », ce qui revient exactement au  même. C’est la solution que nous préconisons avec force sur MVMA. La seule qui, à notre avis, peut permettre de résoudre l’équation de la baisse du coût de fonctionnement de l’Etat, de la baisse du coût de la main d’oeuvre en France et du maintien des prestations ou du niveau général des prestations sociales sur l’ensemble de la population française. Sur ce sujet, l’opinion des lecteurs de MVMA est différente de celle des Français telle qu’exprimée par un sondage (commandé par l’Humanité…) réalisé le 31 janvier dernier par CSA. Bien sûr, les paramètres sont différents. Le sondage de CSA ne portait que sur l’augmentation de la TVA prévue par le gouvernement de l’époque, notre question sous entendait le transfert intégral de l’un sur l’autre. Nous nous étions nous même déclarés opposés au projet d’augmentation de la TVA, car la mesure homéopathique n’était pas adaptée et, nous n’en avons que trop l’habitude en France, le maintien des charges laisse augurer dans un avenir proche leur ré-augmentation. Dans le sondage CSA, les catégories socio professionnelles les plus favorables à la TVA sociale sont les cadres supérieurs, les professions libérales, les chefs d’entreprises, les commerçants, les artisans et les retraités.

  • 300 votes pour la proposition « Par la mise en place de barrières douanières?« 

46% des votants ont estimé que le rétablissement des barrières douanières pouvait être une solution. Là, j’avoue une réelle surprise. Même si on peut considérer que la pratique de certains pays quant à la gestion de leurs importations (les USA sur l’acier ou sur les produits électroniques, sur les produits alimentaires et agricoles ou sur les avions; la Chine sur les automobiles, les produits alimentaires ou agricoles ou sur les avions…) méritent un minimum de contrepartie, l’exemple risible de la mesure « Jobert » contre les magnétoscopes arrêtés à Poitiers devrait tout de même faire réfléchir. Les barrières douanières ne sont jamais des solutions structurelles. Elles ne peuvent être que très exceptionnellement utilisées de manière conjoncturelles. Elles ne peuvent donc pas être comprises comme solution possible à la relance de la production française. Les « barrières douanières », comme les « dévaluations compétitives », comme le sur endettement, ne sont que des artifices qui donnent l’illusion d’une solution éphémère et dont le prix à payer et toujours supérieur au maigre avantage que l’on a cru en tirer.

  • 175 votes pour la proposition « Par des mesures d’investissement volontariste de la part de l’Etat? ».

Seulement 27% des votants ont choisi le dirigisme étatique, l’interventionnisme d’Etat. J’exagère, mais je suis surpris par ce résultat car, lors de l’élaboration du sondage, il me semblait que cette proposition ferait jeu égal avec la TVA sociale, tellement cette idée de l’Etat tout puissant qui peut faire redémarrer la machine économique à lui seul semble unanimement partagée en France. Soit, effectivement, les lecteurs de MVMA sont très particuliers, soit la prise de conscience de ce qu’est l’économie, de son mode de fonctionnement et des ressort sur lesquels appuyer avance. Les investissements volontaristes de l’Etat ne peuvent pas être compris comme solution pour relancer la production de la France. Ils n’ont de sens que s’ils sont compris comme constitutifs d’un contexte

  • 107 votes pour la proposition « Par l’alignement de notre protection sociale sur le moins disant?« 

Tout de même 16% des votants ont émis l’idée que nous alignions notre système de protection sociale sur le moins disant! Que cette proposition, presque mise là en guise de provocation, arrive bonne dernière ne m’étonne absolument pas. Ce qui est le plus étonnant, c’est que cette mesure, qui, soit dit en passant, aurait plus de chance de provoquer une récession qu’une relance, est probablement celle qui, si nos gouvernants réussisse à imposer aux peuples européens « leur » Europe fédérale (c’est à dire l’Europe fédérale qu’ils imaginent) a le plus de chances de voir le jour. En effet, la création de l’Europe fédérale avec « pacte de rigueur » dans un contexte récessionniste entraîne de facto un alignement sur le moins disant.

Notre nouveau sondage portera sur l’avenir de l’Europe:

Manuel Valls est pris d'un subit amour pour les entreprises...

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

Avez vous lu ces articles?

6 comments

  • … ce type de sondage est tres mauvais car il est completement faux, même sur l’echantillon choisi (echantillon des lecteurs de MVMA)
    En effet, pour une question fermée, ceux qui ne se reconnaissent pas dans au moins une ou une combinaison de reponses, ne repondent tout simplement pas…

    Il va en etre de même pour le nouveau sondage car ceux qui pensent, par exemple (mais il y a d’autres options), a une evolution de l’Europe vers un systeme « multi-bilateral » (sans federal, ni cassure, ni retour aux monnaies nationales), une Europe concentrique comme cela avait ete exprimé autrefois ne voteront pas car il ne faut rien cocher.

    Le sondage est un vrai art de professionnels

    • Qu’entendez vous par « multi-bilatéral »? Quels axes bilatéraux voyez vous se dessiner?
      Vous avez compris que le sondage portait sur l’avenir de l’Euro. Comment conceptualisez vous votre hypothèse de multi-bilatéralisme? Est ce que cela veut dire que vous imaginez possible qu’il y ait quatre ou cinq monnaies qui apparaissent? Ou imaginez vous comme Herlin dans son dernier livre que les pays vont se doter d’unes monnaie intérieure tout en conservant l’euro pour leurs échanges?

      Concernant votre dernière phrase, le sondage n’est pas du tout un « art », c’est une technique.

  • Bonjour TDK…

    1) ….

    Sur le long terme, je ne crois pas que l’Europe puisse fixer des regles communes contraignantes qui ne correspondent pas a la nature même des cultures du nord et du sud de l’ouest ou de l’est, comme cela est déja le cas entre des bretons, des basques ou des alsaciens. Cela ne veut pas dire qu’il n’existera pas un « fond commun » de pratiques, d’attentes et de vie.

    La construction d’un ensemble tel que l’est notre continent ne se declare pas comme ca apres une claquement de doigts et un vote au parlement de Bruxelles. Je crois, pour pratiquer mon metier, depuis bientôt 40 ans, que le mecanisme d’acceptation ne se produit que lorsqu’il y a convergeance d’objectif, de pratique et de… besoin.
    Une Europe et ses nations, violentée par des regles imposées depuis l’exterieur, provoquera plus de rejet que d’acceptation et a terme, une cassure de nouveau « definitive ».

    Il faut donc acceder a une methode simple d’accords bilateraux entre pays, creant des blocs de volontés communes, librement acceptées, auxquels pourront adherer d’autres pays au fil de l’evolution economique, sociale etc.

    il faut donc les favoriser et les etendre, c’est ce que je (nous) appellons multi-bilateral.

    Le croisement de ces blocs qui se recouvrent vont creer, avec les synergies evidentes entre les domaines qu’ils recouvrent, un ciment qui va solidifier l’Europe. Et, a n’en pas douter, il restera des differences « non rapprochables » entre des pays… c’est normal, le temps polira notre continent et ce qui est vraiment impossible participera a la diversité des peuples et des cultures, c’est totalement normal et même souhaitable.

    … suite …

  • 2) …

    Je ne pense pas que plusieurs monnaies dans un ensemble continental uni soit souhaitable.
    Les chemins de l’integration sont quelquefois tortueux et cette situation n’est pas impossible.

    Si notre modele (BCE independante, disparition de la maitrise de la monnaie par les etats) perdure, alors notre contnent va se construire sur un bloc d’inegalité inoui, creant des zones de pauvrete enkystée dans des structures de richesse outrageante.
    A cela vont se rajouter des sentiments de rejets que des siecles n’effaceront pas. c’est catastrophique, il faut donc, bien plus que dans d’autres domaines, s’assurer d’une forme d’equité economique.

    Je ne vivrai pas suffisament longtemps, mais je pense que les grecs ne sont pas prets d’oublier l’episode qu’ils vivent actuellement.

    Sauf a supposer que des mesures severes et autoritaires envers les structures bancaires…
    separation de l’activité de depots et d’epargne legere (petits contrats de depots moins liquides, prets a la consommation et prets a l’equipement) et une unification du secteurs bancaire sans frontieres a l’exterieur de l’Europe (plus de difference entre un compte ou un instrument de paiement sur tout notre espace) …
    alors nous seront obligés de trouver une solution separant la valeur interieure de l’Euro, d’avec sa valeur exterieure, par pays.
    Je suis donc, au moins pour une durée limitée permettant aux economies nationales de se rapprocher, favorable a la creation d’une monnaie « virtuelle » ou « fiscale », calculée sur les fondamentaux economiques de la nation … vous citez Herlin, je prefere vous demander de regarder comment fonctionne au Chili, l’UF (unitad de Fomento).

    Les français et les europpens sont attachés a l’Euro, certains lui font porter toute la misere qu’ils endurent, a nous de mettre en place les structures pour en ameliorer son usage.

    … suite et fin …

  • 3)…

    Désole, je pense que si les bases mathematiques des sondages sont indeniables, donc que la technique du sondage existe bien, cela n’implique pas que le sondage en lui-même est egalement une technique.

    Un peintre, par exemple, peut utiliser des pigments hautement technologiques, des plans geometriques parfaitement maitrisés et même des sujets preparés calibrés… il esite toujours une difference entre un « technicien » et un « artiste ».

    L’art, dans le cas des sondages provient de trois parties principales…

    – d’abord le sujet, car on sonde pas n’importe quoi n’importe comment. la fluidité de l’esprit humain et la dynamique economique (pour le cas precis du sondage MVMA) implique une cartographie de « l’ecologie » de ce sujet que l’on veut mesurer, et donc d’agir en consequence.

    – ensuite, la « question » (une ou plusieurs questions en fait) dont la reponse doit couvrir l’ensemble des avis possibles.
    Remarquez bien que pour arriver a cette realité, certains proposent la reponse « ne sais pas », « pas concerné », « autres » etc parce qu’ils savent que leurs options sont limitées et biaisent globalement le sondage.

    – enfin, l’interpretation du resultat. Nous nous sommes habitues au sondages politiques, les confondants souvent avec des evaluations et des projections de tendences sur un sous ensemble disjoint.

    Tout cela, comme pour un peintre, il y a bien la technique, mais il y a surtout l’art, qui fait la qualité du produit.

    Cordialement a tous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.