Les inégalités entre générations s’inversent…

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Une excellente étude de l’INSEE, reprend thème par thème les différents points de comparaison. L’accession à la propriété, le niveau de vie, l’aide intergénérationnelle.

Il en ressort que les cohortes nées jusqu’à la fin des années 1940 bénéficiaient d’un net progrès générationnel : d’une génération à la suivante, les conditions d’emploi étaient plus favorables à l’entrée sur le marché du travail, le niveau de vie augmentait régulièrement, l’accès était plus fréquent à l’éducation et à la propriété d’un logement. Ce progrès s’est fortement ralenti, voire interrompu à plusieurs égards, pour les générations des années 1950 et 1960. Les causes, selon l’INSEE: « La dégradation du marché du travail a rendu en effet plus difficile l’accès au premier emploi tandis que le resserrement du crédit a touché a priori davantage les nouvelles générations, qui n’ont pas encore de patrimoine, que les plus âgées, qui en disposent. Si elles ont une certaine rémanence, ces difficultés peuvent constituer un handicap dans l’accès à l’emploi stable et au logement. Elles peuvent fragiliser tout particulièrement ceux ayant une qualification et/ou une position sociale peu élevée. »; « Dans les entreprises, le recrutement de jeunes diplômés prendrait de fait le pas sur la promotion interne. De plus, parmi les diplômés du supérieur, la proportion de cadres diminue très sensiblementau fil des générations, plus particulièrement pour celles nées à partir de la fin des années 1960 :la structure des diplômes s’est en effet déplacée plus vite vers le haut que la structure des emplois.Cette relative dévaluation des diplômes se constate également du point de vue salarial. Le salaire des jeunes non-diplômés progresse d’une cohorte d’entrants sur le marché du travail à l’autre, à ancienneté donnée, reflétant sans doute pour une grande part l’évolution du Smic. Ce n’est pas le cas des diplômés, dont le salaire ne progresse pas au fil des cohortes. Ceci peut être associé au déclassement professionnel des diplômés déjà évoqué. En outre, pour les professions qualifiées, une pression à la baisse des salaires a pu également s’opérer du fait de l’afflux de diplômés. Enfin, les hausses de Smic se répercuteraient peu, sinon pas du tout, sur lehaut de l’échelle des salaires ».

Comme toujours avec L’INSEE (qui dépend de Bercy), il faut lire entre les lignes. Les principaux facteurs de l’inversion de l’ascenseur social sont les politiques d’Instruction (ou d’Education) Nationale qui ont conduit à la dévalorisation des diplômes  et de désindustrialisation qui a créé et favorisé les délocalisation en masse. Encore un rapport que tous nos décisionnaires devraient lire, un de plus!

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.