Légaliser l’interdit, la nouvelle ligne politique…

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Les pilotes de scooter mourront désormais en toute légalité

Probablement vous souvenez vous de ce passage du « Petit Prince » de St Exupery dans lequel le monarque d’un monde factice ordonne au Petit Prince de faire… ce qu’il veut. Allégorie de ces hommes de pouvoir qui n’en sont pas et qui, pour donner l’impression de diriger le monde ne font qu’entériner les actes, mêmes désordonnés, de leurs sujets. Nous vivons une époque qui quotidiennement illustre ce principe de faiblesse. Mais ce n’est pas de l’ouverture de salles de shoot, illustration paroxysmale du principe, que je souhaite vous entretenir, mais de… sécurité routière!

Légalisation de la circulation inter-files

Dans son rapport de 154 pages, le préfet Régis Guyot, responsable du groupe de travail sur la sécurité des deux roues dépendant du ministère de l’Intérieur, visant à améliorer la sécurité routière des deux roues, fait un amer constat: 86% des 537 accidents de motos dénombrés en moyenne chaque année en IDF entre 2005 et 2011 concernaient des situations d’inter-files(circulation des motards entre les files de voitures). Sur la même période,  cette pratique a représenté, en Ile-de-France, 79,46%  des blessés hospitalisés et 89,43% des blessés légers (sachant que l’IDF regroupe 22,45%  de la totalité des motards blessés hospitalisés et 51,66% des motards légèrement blessés à l’échelon national). Des chiffres terribles.

Que préconise le préfet? Légaliser la pratique! « Cette circulation inter-files, en progression constante dans les grandes aires urbaines, est aujourd’hui tolérée de fait. Il paraît peu réaliste, politiquement, psychologiquement et pratiquement, de revenir en arrière, mais il n’est pas plus envisageable de rester durablement dans cette situation juridiquement confuse », souligne le préfet Guyot dans son rapport . « Il paraît possible, et même préférable, de la reconnaître, l’encadrer et l’enseigner.»

Autrement dit, puisqu’on ne peut pas ou qu’on ne veut pas les empêcher de se tuer, au moins, qu’ils meurent « légalement »!

Quelques conditions pour se donner bonne conscience

Hors agglomération, le préfet propose donc d’autoriser la  circulation inter-files sur les routes départementales à double sens, et «sans séparation centrale à configuration autoroutière ».
En agglomération, la pratique serait autorisée « dans une situation d’arrêt des files de véhicules ou de circulation au pas », c’est à dire au feu de signalisation ou en cas de bouchon. Dans ce cas, la vitesse autorisée ne devrait pas excéder 30 ou 40 kmh.

Seuls les scooters et motos de plus de 125 cm3 à 2 ou 3 roues, ainsi que les scooters  à 3 roues y seraient autorisés.  La pratique resterait donc interdite aux vélos et aux cyclomoteurs.

Quelques éléments de sécurité passive, tout de même…

Histoire de ne pas s’arrêter à un tel aveu de faiblesse et parce que deux précautions valent mieux qu’une, le rapport préconise aussi le renforcement de la sécurité des conducteurs et passagers de deux-roues, quel que soit la catégorie de cylindré. Il s’agirait par exemple d’imposer le port des gants à moto, puis « d’inciter au port systématique des équipements de protection » (blouson, protection dorsales et lombaires, gilet airbag, chaussures montantes) ou encore d’imposer au sociétés de moto-taxis la fourniture à leurs clients d’un équipement de protection individuelle offrant une protection adaptée à leurs trajets (casque intégral, gants, blouson, veste ou gilet de protection dorsale et lombaire).

Automobilistes, à vos porte-monnaies!

Inutile de vous dire que les motards, du moins ceux qui utilisent quotidiennement leur deux roues et font du gymkhana entre les voitures applaudissent des deux mains! La mise en place de files réservées? Trop cher, mieux vaut laisser le risque comme il est et de le légaliser, cela permettra désormais de faire peser l’intégralité des coûts sur l’assurance de l’automobile qui, dès lors que la circulation inter-files est autorisée se trouve de facto systématiquement en tort lorsqu’elle shoot un deux roues ou ne lui laisse pas la place nécessaire pour circuler… Cela entraînera une augmentation des prestations d’assurance et… devinez, une augmentation des primes d’assurance pour les automobilistes!

Devant tant de veulerie et de lâcheté, je rêve du jour où le préfet Guyot, poursuivant sa logique implacable reconnaîtra que malgré vingt années de répression, les Français, incorrigibles, continuent à ne pas respecter les limitations administratives de vitesse et propose de légaliser les excès de vitesse… Evidemment, dans un cas l’Etat économise, dans l’autre il se crée un manque à gagner, alors….

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]
[form form-13]

9 comments

  • Ma foi, en tant que libéral et en tant que motard (non parisien, je le précise et de fait, ne pratiquant pas la remontée inter-files), je ne suis pas choqué par le procédé. Cela responsabilisera les automobilistes qui changent de file sans vérifier un seul instant, ce qui les entoure, et cela permettra de mettre fin aux abus de verbalisations pour un acte dorénavant ancré dans les mœurs (même si la notion de conduite dangereuse doit rester applicable aux scooters et motards qui abusent).

    Je suis plutôt surpris par votre position qui reste celle d’un automobiliste avant d’être celle d’un libéral qui pourrait applaudir des deux mains à un peu moins de répression policière et à un peu plus de liberté…(je suis volontairement provocateur, ne m’en tenez pas rigueur) 😉

    • Je ne crois pas qu’une autorisation responsabilise qui que ce soit, bien au contraire. En particulier, ça me paraît du pur bisounours de croire que cette « libéralisation » conduirait à moins d’accidents et à une meilleure conscience côté automobilistes des risques pour les deux-roues.
      C’est la responsabilité qui ouvre la voie à la liberté, pas l’inverse.

  • Holà, holà, l’auteur ! Utilisez un peu vos neurones ! 100% des deux roues circulent entre les files il est imparable que les accidents est lieu là.
    À titre indicatif j’ai 40 ans de motos, 0 accident inter files mais deux graves en files, la voiture derrière moi avait oubliée de freiner, cool non ?

  • …il ne manque qu’une chose au tableau : l’apprentissage!

    nous attendons maintenant que les moto-ecoles apprennent aux pilotes à remonter les files.
    … et au passage qu’on apprenne réellement à conduire les voitures pour qu’on puisse enfin supprimer les limitations abusives et au passage les radars pompe à fric.

  • « Vieux motard » de plus de 75 ans avec plus de 600 000 km « dans les pattes » le bonus maxi, et trés peu d’accidents à mes torts, je pense que les motos et vélomoteurs doivent pouvoir circuler inter-files à condition de bien regarder sur les côtés et dans les rétros, de signaler ses mouvements et d’éviter absolument les changements de direction brutaux et imprévisibles.

    Certains jeunes pilotes sont évidemment inconscients, mais beaucoup d’automobilistes roulent sans utiliser les rétros et ont un a-priori négatif envers les deux roues…

  • Motard, je pense qu’il ne serait pas mauvais de dépénaliser car une loi est faite pour etre respectée. Si elle est bafouée par 100 % des gens, c’est :
    – soit que la loi est inapplicable/inadequate/stupide et il faut la modifier
    – soit qu’il faut sévir parce qu’un motif impérieux necessite de changer la situation de fait parce qu’elle est problématique.

    Dans la mesure où personne ne contraint les motards à aller entre les files, malgré le risque, c’est que cette situation leur convient, et globalement les voitures s’en accomodent. Rien n’impose donc de sévir. Il faut donc dépénaliser afin que cela ne puisse etre un motif de PV pour un policier mal luné et pour la cohérence.
    MAIS je pense qu’il faut qu’en cas d’accident les motos restent responsables. Car sinon vous allez avoir des motos qui vont se croire tout permis et je trouverais injuste que des automobilistes soient tenus pour responsables d’un comportement qui doit rester une tolérance et non un droit. Et si c’était le cas, cela animerait une animosité des autos envers les motos. En effet, rappelons que doubler par la droite est contraire au code de la route. Et on ne peut pas demander à un automobiliste un peu agé d’être sur le qui-vive en permanence, y compris dans l’angle droit arrière. Et la vitesse d’arrivée d’une moto est souvent difficile à anticiper. Or pour le moment, la cohabitation se passe bien (les voitures se poussent aimablement le plus souvent). Faisons tout pour que cette situation perdure !
    Je double tous les jours entre les files, mais je considère que c’est une bienveillance des automobilistes, et non un « droit à ». Il faut que cela perdure ainsi.

    • Quant aux gants, casques, ceintures, girlandes fluo et autres éthylotests, il est évident qu’ils ne peuvent pas être imposés sans contrevenir à la plus élémentaire liberté. Toutes ces mesures de coercitions, qui ne se justifient aucuneement par une atteinte à la liberté d’autrui, sont contraires à la déclartion des droits de l’homme (principe de liberté tant que celle des autres n’est pas atteinte) et donc à ce titre anticonstitutionnelles.
      En revanche des campagne de prévention et d’explication me semblent appropriée compte tenu de l’utilité de ces accessoires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.