Le livret A fait parler de lui…

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Nous évoquions hier la chasse aux multi détenteurs de livrets A qui se met en place. Aujourd’hui, deux informations concernant le principal support de l’épargne populaire:

Le maintien de taux de rémunération à 2.25% au 1ier Août. Rien à dire, ce taux est supérieur à l’inflation constatée par l’INSEE (même si, nous le répétons chaque trimestre, ce taux d’inflation est sous évalué par rapport à l’augmentation du coût de la vie subie par l’immense majorité des détenteurs de livrets A), il n’y a donc pas lieu de modifier.

Le « projet » de la Cour des Comptes de fiscaliser les intérêts produits par le livret A au delà du montant de capital correspondant à l’actuel plafond. Nous préparons un article complet sur l’analyse du document de la Cour des Comptes remis hier. (vous pouvez d’ores et déjà prendre connaissance de ce rapport ici) Néanmoins, sur ce point particulier, ne tournons pas autour du pot. Comme nous l‘avions indiqué dès que fut connu le projet de doublement du plafond du livret A, cette mesure, sortie du contexte démagogique de l’élection, s’avère contre productive. En effet, elle a toutes les chances de vider les contrats d’assurance vie sécurisés en fonds Euro dont le rapport est pour beaucoup inférieur à 3% (voir notre tableau des contrats d’assurance vie) et qui subissent CSG/CRDS et fiscalité pour transférer les avoirs sur le livret A à 2.25% net-net. Résultat de l’opération, pas un ct de plus en épargne et des recettes fiscales en moins… Désormais aux affaires, l’évidence s’imposant, nous assistons à une opération de rétropédalage. La Cour des Comptes, en proposant de fiscaliser les intérêts dépassant l’actuel plafond permet au gouvernement de « tenir » sa promesse (que d’ailleurs personne ne demandait), tout en la rendant si peu attractive que finalement elle ne soit suivie d’aucun effet. Il est évident que proposer que les montants dépassant l’actuel plafond subissent la même fiscalité que ceux qui se trouvent actuellement sur un livret bancaire n’a strictement aucun intérêt (c’est le cas de le dire…;-) ), puisque c’est déjà ce que nous connaissons! Alors voilà comment faire sans faire ou l’art de tourner en rond. Chaque jour qui passe voit la dette de la France s’accroître peu à peu et notre appareil économique s’effriter peu à peu….

RelatedPost

3 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.