L’assurance-vie, un produit « has been »?

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Le mois d’octobre, comme nous le redoutions, n’aura été qu’une rapide éclaircie dans le ciel sombre de l’année 2012.

La collecte est redevenue négative de 200 millions d’euros en novembre dernier, selon les chiffres publiés par l’Association française de l’assurance (AFA) (FFSA+GEMA).
Les prestations (rachats partiels et totaux, décès) se sont élevées à 8,9 milliards d’euros, contre 8,7 milliards d’euros de cotisations (versements). Evidemment, cela n’a rien à voir avec le résultat du mois de novembre 2011 (2.5Md€ de décollecte). A la fois le montant des sommes collectées est supérieur et le montant des prestations est moindre. Il n’en demeure pas moins que le solde est négatif.

L’effet Livret A

Nous l’évoquions dans un autre article consacré au plafond du livret A, la concurrence est d’autant plus vive que les performances des deux produits (fonds Euro et Livret A) se rapprochent et que ces livrets réglementés présentent l’avantage de ne pas être soumis à l’impôt. Leur collecte cumulée a d’ailleurs atteint un niveau record en octobre dernier, avec 21,29 milliards d’euros cumulés, d’après la Caisse des dépôts et consignations (CDC).
Le seul moyen pour un contrat d’assurance vie de réaliser un rendement supérieur, déduction faite des cotisations sociales et de la fiscalité proprement dite, est d’investir un part importante de ses actifs en UC sur des supports plus ou moins risqués. Mais est ce bien raisonnable de proposer cela à des épargnants qui vivent leur assurance vie comme un matelas en cas d’urgence ou une précaution en vue de leur retraite de plus en plus incertaine?

Quid de l’année 2013?

Il semble bien que le rapport commandé par le premier ministre va laminer le peu d’avantages encore liés à l’assurance vie. La durée de détention d’un contrat ouvrant à réduction fiscale sera allongée (probablement 14 ans). La fiscalité appliquée sera, en deçà de la période définie plus avant, systématiquement la réintégration à l’IRPP. Le calcul de la fiscalité appliquée au delà des 14 ans sera revue, prenant en compte non plus la date de souscription du contrat mais la date de versement des capitaux, adoptant la logique FIFO, c’est à dire partant du principe que tout retrait correspond aux fonds déposés les plus anciens.

Bref, à part la clause bénéficiaire, le contrat d’assurance vie n’aura plus, dans un an, aucun intérêt particulier. La décollecte risque d’avoir encore de beaux jours devant elle….
[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.