La CNP saura t elle résister au choc des dettes souveraines?

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

D’un côté, la direction (sortante) de la CNP se félicite qu’alors que l’assemblée générale mixte des actionnaires de la CNP avait entériné le versement d’un dividende unitaire de 0,77 € au titre de l’exercice 2011, «86,2% des droits à dividende ont été exercés en faveur du paiement en actions». Faisant mine de se réjouir de cet intérêt, de la part notamment des actionnaires de référence (la Caisse des Dépôts et Consignations, Sopassure et l’Etat), CNP Assurances précise que l’opération se traduit par la création de 49 348 883 actions nouvelles, soit une augmentation du capital de 8,31 %.

D’un autre côté, un excellent article très documenté de La Tribune qui évoque un certain nombre de points, pas forcément en contradiction avec le fait que la CNP se réjouisse d’une augmentation de capital, qui éclairent l’avenir de la CNP d’une couleur pas très gaie. En résumé:

  • Les réserves de participation bénéficiaire sont à plat
  • La désignation du nouveau directeur général est reportée et le Figaro annonce même ce matin qu’il est relancé avec nouvel appel à candidatures.
  • Une très forte exposition aux dettes souveraines
  • Une notation Standard & Poor’s abaissée à A+
  • Des fonds propres « limite », voire même jugés « insuffisants » par l’ancien président de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts, l’actionnaire de référence de la CNP et qui expliquent justement l’augmentation de capital par imputation de dividendes.
  • Une concentration sur des marchés en déclin. L’assurance vie est en berne en France et en Italie pour les raisons qu’on connait et la progression du marché brésilien n’est pas suffisant pour contre carrer.
  • Des perspectives d’avenir que nous estimerons pour le moins manquant totalement d’imagination et de perspectives. Dire en 2012 que l’on envisage de s’orienter vers la prévoyance et l’emprunteur est, à coup sûr, avoir un train de retard. Il s’agit du virage qu’il fallait prendre en 2008/2010, plus en 2012. Toutes les compagnies se sont déjà positionnées sur ce marché et la CNP ne sera que la x-ième roue du carrosse. Dire que l’on va se positionner sur les contrats en unités de compte ne peut que figurer d’un optimiste qui ne concernera pas le marché avant plusieurs années et donc n’explique pas comment contrer le déclin actuel et éviter la mise ne danger sérieux de la compagnie.
Lisez aussi:  L'Etat se mêle (encore) de la gouvernance des entreprises!

Après Dexia, Groupama, Crédit Immobilier de France, nous vous recommandons de garder un oeil sur CNP, une zone de forte turbulence approche…..

Lire l’article de La Tribune:

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.