Budget 2014: revoilà les emprunts toxiques…

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Certains membres de l’association « Acteurs publics contre les emprunts toxiques » (APCET) jugent le dispositif de fin de conflit, proposé par le gouvernement, « inacceptable ».

Le projet de budget 2014 (article 60) organise la constitution d’un fonds de soutien aux collectivités locales et organismes publics aux finances grevées par des emprunts toxiques, qui sera doté chaque année de 100 millions d’euros sur une durée maximale de 15 ans, soit 1,5 milliard sur la décennie. Ce fonds sera abondé pour moitié par l’Etat, et par moitié par les banques dont la taxe de risque systémique payée sera augmentée. Ce fonds ne couvrira « au plus » que 50% des indemnités de remboursement anticipé des emprunts les plus sensibles contractés par les collectivités.

L’APCET est très mécontente du projet

Lors d’une conférence de presse suivant l’assemblée générale de l’association, Maurice Vincent, Maire PS de St Etienne, a estimé que, en soi, la création de ce fonds « va dans le bon sens », mais a aussi exprimé « questions et inquiétudes » alors que les collectivités ont « fait une partie du chemin » en faveur d’un règlement. Dans ce projet, a-t-il regretté, « la gestion du fonds donne à l’Etat une position de juge et partie » car il « détient les clés des conditions d’accès (au fonds) alors qu’il est actionnaire principal de la Sfil », l’une des principales banques concernées. La Sfil est détenue par des capitaux publics et a repris une partie des activités de Dexia, l’ex-financeur des collectivités locales qui a été démembré récemment.

Un dispositif visant à stopper l’inflation de contentieux

Les élus refusent l’obligation qui serait faite pour accéder au fonds de renoncer à tout contentieux, en cours ou à venir, à l’encontre des banques. Ce dispositif dit « loi de validation » des emprunts toxiques vise à stopper l’inflation des contentieux, depuis un jugement, rendu à Nanterre en février dernier.

Selon le vice-président de l’APCET Christophe Favergeon (UMP, Ain), cela revient à « supprimer la principale arme juridique des collectivités ». Pour le député-maire d’Asnières (Hauts-de-Seine) Sébastien Pietrasanta,« il ne peut y avoir de préalable » et il ne peut être question de renoncer à agir en justice « avant de savoir à hauteur de quels montants la collectivité sera éligible au fonds ».

1.500 collectivités et organismes publics concernés

Pour le maire de Villeneuve-Maguelonne (Hérault), Noël Segura (DVG), et son conseil municipal cela « ressemble étrangement à du chantage » et « une pression inacceptable ». Stéphane Troussel (Seine-St-Denis) a parlé d’« un marché de dupes ». « C’est pas gagné » d’avance pour le gouvernement de « trouver une majorité », a-t-il averti. En tout état de cause, a-t-il dit, les élus veulent être « associés à la rédaction du décret d’application » de l’article 60, a réclamé Maurice Vincent.

L’affaire des emprunts toxiques concerne quelque 1.500 collectivités ou organismes publics (hôpitaux, habitat social, notamment), dont une centaine sont adhérents à l’APCET. Elle a généré au moins 300 contentieux, dont 200 à 250 auprès de Dexia et de la Sfil. Le stock de la dette toxique est évalué à 14 milliards d’euros, selon l’association.

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]



728x90_v2

Avez vous lu ces articles?

3 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.