Quand cessera-t-on de privilégier les cigales?

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Bien sûr que le projet d’uniformisation des régimes de retraite va engendrer la confiscation des actifs des régimes bien gérés au profit des dispendieux. Il suffit de regarder qui est qui pour voir que les régimes aux mains des syndicats sont déficitaires et que ceux aux mains des gestionnaires sont bénéficiaires. C’est le prix à payer de la démagogie.

Nos politiques ont bâti une société qui privilégie les comportements dispendieux au profits des comportement responsables. Cela est vrai à tous les niveaux. En bas de l’échelle, le petit salarié qui a concédé des sacrifices pour se constituer une épargne de précaution percevra moins d’aides sociales que celui qui aura tout claqué et se sera endetté. Le Français moyen qui aura constitué un patrimoine qu’il voudra transmettre verra celui-ci amputé au moment de la transmission et ramené au niveau de celui de son équivalent qui aura joué les cigales. Le Français aisé qui aidera un de ses enfants entreprenant par une dotation ou une avance sur succession le condamne à voir cette part successorale valorisée au niveau de sa valeur au moment du décès et non sur sa valeur (même réactualisée) au moment de l’acte, entraînant ainsi une pénalisation du vertueux au profit des autres bénéficiaires dispendieux.

L’idéologie profondément socialiste de notre société française est une incitation permanente au comportement « cigale » plutôt qu’au comportement « fourmi ». C’est une des causes majeures de l’embourbement de la France.

Réforme des retraites: les réserves convoitées des régimes complémentaires 

Réforme des retraites: les réserves convoitées des régimes complémentaires  Les caisses excédentaires craignent de voir le gouvernement faire main basse sur leurs provisions afin de compenser les déficits des régimes dans le rouge (fonction publique d’État, SNCF, RATP…).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.