Publication de l’indice de référence des loyers

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

En plus de l’augmentation de l’énergie, des impôts et taxes, de l’alimentation, voici que les locataires vont subir l’augmentation des loyers. En effet, l’indice de référence des loyers (communément appelé l’IRL) de l’Insee, qui fixe les variations des loyers dans le secteur privé, s’est établi à 119,69 au premier trimestre 2011, en croissance de 1,6 % par rapport aux trois premiers mois de 2010. Cette hausse, la cinquième consécutive, est aussi la plus forte depuis le premier trimestre 2009.

Cette évolution est logique. Depuis le premier trimestre 2008 l’IRL est indexé sur l’inflation. Or, pas plus tard qu’hier, l’INSEE a publié ses chiffres qui annoncent une progression de 2 % sur un an. Chiffre que d’ailleurs bon nombre de professionnels et de consommateurs estiment minorés. C’est la raison pour laquelle certains suggèrent que les loyers ne soient plus indexés sur l’inflation mais sur un indice spécifique directement rattaché à la construction.

Comment s’applique l’augmentation? Tout d’abord, cette augmentation n’a rien de systématique. L’IRL fixe la hausse maximale qu’un propriétaire est en droit d’appliquer à son locataire, à date anniversaire du bail, et dans la mesure où celui-ci comporte une clause d’indexation.

Voici la méthode de calcul:


Formule de révision des loyers

Soit une augmentation maximale de 1,596%.

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.