Non revalorisation des retraites

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

retraité agéLes « économies »* socialistes sont faites par les plus humbles.

Pas assez d’inflation

Le prétexte est tout trouvé: « Les règles de revalorisation, du fait de la très faible inflation prévue pour 2014 (0,5% ), conduisent à une stabilité des pensions ». En raison de l’application mécanique des règles de calcul (qui tiennent compte notamment de la revalorisation et de l’inflation appliquées en 2013), les retraités aux pensions les plus modestes n’auront donc aucun euro de plus chaque mois, se retrouvant ainsi logés à la même enseigne que les autres retraités.

Le minimum vieillesse probablement épargné

Les pensions des retraités au minimum vieillesse bénéficieront en revanche, « comme le gouvernement s’y était engagé, d’un coup de pouce en octobre prochain », précise le ministère sans toutefois s’engager sur le montant de cette revalorisation. Rappelons tout de même, pour la bonne forme, que cet engagement datait de l’ancien gouvernement, celui de N. Sarkosy.

Leur revalorisation n’aurait pas été compatible avec l’objectif de baisse de l’augmentation des dépenses

Dans le cadre du plan de 50 milliards d’ « économies » d’ici à 2017, le gouvernement avait décidé le gel des retraites jusqu’en octobre 2015, qui devait générer 1,3 milliard d’ « économies ». Sous la pression de députés de la majorité, le gouvernement s’était « engagé à épargner les retraités modestes de la mesure de gel, en leur appliquant les règles de revalorisation normales des pensions ». Et bien, c’est raté, les petites retraites ne seront pas augmentées au même titre que les moins petites. Le gouvernement ne risque pas grand chose, les députés socialistes ne prendront pas le risque de perdre leur siège pour défendre les petites pensions!

Au final, la non revalorisation n’avait été décidée que pour les retraités, tous régimes confondus (salariés du privé, agriculteurs, fonctionnaires, artisans, etc…), percevant plus de 1.200 euros (cumul de la retraite de base et des pensions complémentaires). Au total, environ la moitié des 15 millions de retraités, sont concernés, pour un effort moyen de l’ordre de 5 euros. Dans les faits, cela revient à un gel de 18 mois, puisque la date de revalorisation annuelle des retraites avait déjà été décalée cette année d’avril à octobre à l’occasion de la réforme des retraites.

La stabilisation des retraites les plus modestes facilite en quelque sorte la tâche du gouvernement. C’est un aveu de démagogie. Le gouvernement est rattrapé par le principe de réalité. La revalorisation partielle des pensions modestes, non budgétée et non capitalisée représentait en effet un véritable casse-tête pour l’administration.

* Le termes « économies » figure entre guillemets dans cet article car vous remarquerez qu’en fait « d’économies », il s’agit de non-augmentation de dépenses!!!! C’est dans ce sens qu’il faut prendre les « économies » budgétaires du gouvernement socialiste. Le budget de la France ne baisse pas lorsque nous gouvernants font des économies, mais il augmente moins vite, ce qui, vous l’aurez compris, ne résout rien au problème de la dette…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.