Les français actifs vont s’activer ailleurs

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Que ce soit dans les pays proches ou lointains, dès qu’il a une opportunité, les Français réagissent.

Nous le savons, nous le rappelons régulièrement, les Français, en particulier les jeunes diplômés, promotions entières d’HEC, de l’ESCP, de plus en plus de polytechniciens, partent immédiatement à l’étranger, Grande Bretagne, Chine, USA où ils trouvent des postes plus intéressants et beaucoup mieux rémunérés qu’en France. Dernièrement, nous évoquions le Canada dont un responsable déclarait avoir accueilli sur les sic derniers mois de 2012 autant d’immigrants français que sur les deux années précédentes. Il s’agissait, concernant cette émigration, d' »entrepreneurs », artisans, professions libérales qui déclaraient rechercher un endroit où pouvoir travailler beaucoup et profiter des fruits de leur travail.

Voici aujourd’hui une autre destination d’émigration pour des Français. Cette destination semble attirer des jeunes au niveau de formation encore moins qualifié, preuve, s’il en fallait, que le départ des forces vives de la Nation s’opère à tous les échelons. Il s’agit de l’Australie. Et, curieusement, c’est la télévision officielle française qui en parle! Chaque année, l’Australie accueille 20 000 Français, c’est trois fois plus qu’il y a cinq ans. « J’ai eu plus d’entretiens en deux semaines en Australie qu’en un an en France » raconte Juliette, consultante en marketing à Melbourne, payée le double de ce qu’elle aurait pu espérer en France… Au bout de trois mois, Thomas s’est vu confier la gestion d’un restaurant. Il gagne aujourd’hui entre 1 200 et 1 300 dollars par semaine contre 1 300 euros par mois à Paris, où il était cuisinier. Surtout, il suit une formation pour devenir préparateur physique, un métier encore plus lucratif qui pourrait lui permettre de décrocher un visa permanent. « On gagne plus, on vit mieux et en plus on travaille moins »…

Que les langues de bois du modèle français regardent et réfléchissent. Notre modèle social d’assistés, nos charges qui mangent la moitié du salaire avant qu’il ne soit touché, notre fiscalité qui pénalise ceux qui travaillent plus n’attirent plus que ceux qui veulent en profiter. Ceux qui ont l’esprit dynamique et entrepreneurial vont forcément voir ailleurs. C’est le triomphe de la liberté sur la pseudo égalité qui n’est en réalité qu’uniformité. Il ne faudrait pas grand chose pour que toutes ces énergies se développent au profit de la France.

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]


[form form-11]

6 comments

  • … ne pas reagir a votre dernier paragraphe est impossible!

    Ce que vous appelez « charges » n’est jamais, a vos yeux, que l’entetien de l’outil de travail humain, c’est a dire la maintention (prevention) et la réparation(les soins de santé)ainsi qu’un salaire différé pour la retraite que vous pourriez aussi appeller « avance sur frais de demantelement »!
    Notez au passage que cela ne concerne que la part de l’entreprise, car la part versée a partir du salaire de l’employé ne vous concernent pas, c’est lui qui les paie.

    Seulement il ne s’agit pas de machine, mais d’hommes et de femmes, et vous n’avez en aucun cas le droit d’appeler cela des « charges »;… vous pouvez toutefois les appeler « couts ».

    Tous ceux qui s’en vont voir ailleurs si l’herbe est plus verte ont raison, je l’ai fait en son temps, et aujourd’hui je prefere etre en France, même si je conserve, ailleurs une partie de mon histoire.
    Je ne cesserai de me battre pour que mon pays ne devienne pas cet univers sans foi ni loi qui permet aux plus forts de s’enrichir sur le dos de ceux qui doivent subir.

    La vie n’est pas un jeux, ni une jungle. Que l’etat cesse de se gaver, on est 100% d’accord, il est de domaines qui doivent rester concurrentiels. pour le reste, les moyens doivent etre trouvés et ce sont ces charges que vous critiquez qui les fournissent.

    Les mots ont un sens

    • Votre raisonnement est à mes yeux perverti par des dizaines d’années de propagande.

      Tout d’abord, mettons nous d’accord. La différentiation « c’est l »employeur qui paie, c’est le salarié qui paie » est un mensonge. C’est toujours le salarié qui paie. Il paie l’intégralité. Pourquoi? Parce qu’une entreprise calcule en termes de plus value (ça fait trente ans que je répète cela dans des conférences, dans des cours, dans des articles, dans des discussions et je me rends compte que le message ne passe toujours pas. Il y a un vrai problème d’information et d’éducation à la culture économique en France)que doit générer un employé pour savoir s’il peut être possible ou non de l’employer. Quelle est cette part de plus value? Facile, vous prenez le coût marginal. Le salaires, l’intégralité des cotisations patronales et salariales, la formation professionnelle, les cotisations au CE etc (si le mot « charges » vous « défrise »), les coûts directs induits (comptabilité, équipements, bureaux, ordinateurs, véhicules, outillage etc.. rapportés à leur durée d’amortissement ou en coût direct en cas de leasing. Tout cela sur 365 jours rapportés sur 228 (253 jours ouvrés moins 25 jours de congés payés, sans compter les éventuels « ponts »), nous donne le minimum de plus value que doit générer le salarié pour ne pas coûter à l’entreprise. A ce niveau, il ne génère rien.
      Si vous avez compris cela, vous avez compris pourquoi les entreprises parlent de « coût du travail » quand les salariés n’entendent que « salaire ». Les entreprises se foutent pas mal de savoir à qui ils vont donner, au salrié, aux caisses, aux comptables, à l’Etat. Ce qu’elles calculent, c’est le coût et la possibilité ou non possibilité pour l’employé de générer une plus value supérieure à son coût. Donc, de toute manière, c’est le salarié qui paie. Parce que si le montant des cotisations n’allait pas à tous les organismes, il toucherait plus. Parce que si l’entreprise n’avait pas autant de cotisations à payer, elle pourrait embaucher beaucoup plus de personnes et les payer mieux.
      C’est ce qui explique que des pays peuvent assurer des salaires supérieurs à leurs travailleurs ou des taux d’emploi supérieurs à la France. Il n’y a pas de mystère en économie. Plus vous « étatisez » le système, plus vous paupérisez la population.
      Quant au système qui consiste à faire payer le coût de la protection sociale au travail et nons à la consommation est une bêtise crasse qui est en train de tuer notre pays.

  • Publicité mensongère! Je vis en Australie depuis 4 ans. Effectivement les francais debarquent en masse. 50% source consulat repsrtent au bout d un an. L immense majorite accepte un job sous qualifie car il n y a pas de boulot et quand il y en a, il va aux australiens. De fait, oui le chômage est bas a 5% ; mais il est bas car personne ne s y inscrit puisqu il n y a pas d’allocations chômage! A quoi bon??
    Méfiez vous du rêve vendu par les journalistes: pensez vous qu ils font leur boulot??…

  • l’impertinence administrative du pays France

    le manque de probité de certains actes juridiques qui de 5 heures d’économisées par empressement font 3500 heures de dégâts

    l’industrie du pays qui coûte TCSC 25 € de l’heure alors qu’à même compétence ailleurs ils produisent pour 10 $ de l’heure à compétence égale et à discordes destructives de 3 fois moins intense. VOIRE TCSC 3$ de l’heure pour le quartile le moins compétent.

    ne soyez pas surpris des indicateurs, il y a trop de lourdes bêtises dans le coffre, du sable dans la boite de vitesse et une huile de lubrification qui a dépassé d’un facteur 2 sa durée de vie pour restriction budgétaire.

    trop de citoyens inconscient participent à ce jeu harakiri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.