Les assureurs mettent un petit peu de zèle à leur collaboration avec Tracfin

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Le rapport annuel de Tracfin vient de paraître, le nombre de déclaration de soupçon de blanchiment a progressé de 19% en 2011 par rapport à 2010.

Tracfin vient d’éditer son rapport annuel. L’année 2011 a été marquée pour Tracfin par la hausse de son activité. En 2011, le Service a reçu plus de 24 000 informations (en progression de 19 %) et effectué 26 091 actes d’investigations (+72.6 %), dont 5 990 actes de communication. La cellule a procédé à 1 064 notes d’information (+20 %) dont 495 vers l’Autorité judiciaire (+ 23 % sur les trois dernières années) pour des montants en jeu estimés à 868 millions d’euros (contre 524 millions d’euros en 2010).
Réorganisé au début de l’année 2011, Tracfin a rénové ses méthodes de travail, revu entièrement son système d’information et entrepris la modernisation de sa déclaration en ligne. Dans son rapport d’activité, il met notamment l’accent sur les sociétés de sécurité, le secteur de la restauration rapide, le marché de l’art ou encore les sociétés de formation professionnelle qui, d’après lui, « présentaient une sensibilité particulière au risque de blanchiment« . Il a également observé le développement de menaces inédites, notamment celles liées à l’apparition de nouveaux instruments de paiement électronique ainsi que l’apparition de la monnaie virtuelle. Enfin, Tracfin dresse dans ce document un panorama des affaires marquantes de l’année 2011 (affaires de fraude complexes à l’assurance, abus de faiblesse, corruption) et consacre tout de même quelques lignes à ce qui fut la raison invoquée à sa création, le financement du terrorisme.

Parmi les informateurs, le secteur des assurances – toutes composantes confondues – a effectué, en 2011, 1 027 déclarations de soupçon de blanchiment de capitaux selon le rapport annuel de Tracfin. Un chiffre en hausse de 15,6%, c’est-à-dire en dessous de la progression générale des déclarations à ce service (+ 19%).

Certes, avec 889 déclarations, la participation des compagnies d’assurance augmente de 10%, sans pour autant atteindre le niveau de délation des banques. Curieusement, on trouve dans ce rapport une augmentation notable des déclarations de soupçon en provenance des Instituts de Prévoyance, des courtiers et… des mutuelles! (J’avoue ne pas vraiment comprendre comment blanchir l’argent de la drogue ou financer le terrorisme via une mutuelle….)

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]

One thought on “Les assureurs mettent un petit peu de zèle à leur collaboration avec Tracfin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.