Le tribunal de Rouen tranche en faveur de la liberté d’expression

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Et dire que certains croient que les mutuelles « n’engraissent pas des actionnaires…. »

La video humoristique « les mutuelles se porschent bien », signée de l’Union des chirurgiens de France (UCDF) et mise en ligne sur Dailymotion, ne sera pas retirée de la diffusion. Ainsi en a décidé, dans une ordonnance de référée du 7 décembre révélée par le Quotidien du médecin,  le Tribunal de grande instance de Rouen, qui a débouté la Matmut et à la Mutualité Française dans leurs poursuites contre l’UCDF.

Pas d’atteinte à la vie privée

Le P-dg de la Matmut considérait que cette vidéo portait atteinte à sa vie privée car elle révélait un aspect de son patrimoine privé, à savoir sa collection de Porsches. Etienne Caniard estimait pour sa part que ce document constituait un dénigrement à son égard, en affirmant notamment qu’il entretient «avec la Matmut et son président des rapports guidés uniquement par « l’amour de l’argent », rapports dont la réalité serait cachée aux adhérents de la Mutualité française».

Concernant Daniel Havis, le tribunal a rappelé que l’information avait été publiée dans les Echos Patrimoine et n’avait pas été contestée. « Les questions patrimoniales concernant une personne publique tel un dirigeant d’une grande entreprise ne relèvent pas du domaine de la vie privée », a tranché le tribunal rouennais. Par ailleurs, si l’action d’Etienne Caniard est « fondée sur une violation évidente  » de l’article 1382 du Code civil, ce dernier est « inapplicable pour justifier une restriction à la liberté d’expression telle que sollicitée » par le président de la Mutualité française. Ces deux dirigeants ont donc été condamnés à verser la somme de 1800€ en application de l’article 700 du code de procédure civile.

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.