Le prix du gaz va augmenter au 1ier Avril pour les consommateurs français…

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)


Éric Besson, ministre de l’Industrie et de l’Énergie, a confirmé hier une augmentation de 5 % des tarifs du gaz au 1er avril prochain.

Le poste « énergie » pèse de plus en plus lourd dans le budget des Français. Le dépassement du seuil du seuil des 10% du budget consacré à l’énergie définit ce que le gouvernement appelle la «précarité énergétique». C’est déjà le cas de plus d’un foyer sur sept. Une récente étude de l’INSEE indiquerait que près d’une famille sur dix en France (9%) se plaint déjà du froid lié à un chauffage insuffisant ou à une mauvaise isolation. L’association de défense des consommateurs Familles Rurales, attire l’attention, pour sa part, sur le fait que pour une famille qui se chauffe au gaz ou au fioul et se déplace en voiture, les hausses récentes des hydrocarbures représentent 900 euros de surcoût sur l’année, soit un mois de SMIC.

Pour faire face à cela, le ministre annonce plusieurs mesures:

* La création de l’observatoire national de la précarité énergétique. Son Président sera Monsieur Jérôme Vignon, actuel président de l’ONPES.

* L’ouverture d’un fonds ayant pour objectif de participer à hauteur de 10 à 12 000€ aux travaux d’isolation et d’économie de chauffage dans les logements le plus énergivores.

* La mise en place d’accords avec les Conseils Généraux afin que ceux-ci complètent l’aide de l’État. Le ministre a fait état d’une information apparaissant dans l’étude de l’INSEE citée plus haut: 62% des ménages qui souffrent du froid à leur domicile sont des propriétaires occupants en zone rurale.

* L’augmentation de 20% du rabais dont bénéficient actuellement 300.000 ménages modestes. Cela équivaut  à une réduction supplémentaire de 24 euros sur une facture moyenne de 142 euros. En outre, ce tarif social devrait désormais être attribué automatiquement sur la base des fichiers dont disposent les organismes sociaux (arrêté à paraître au Journal officiel).

* Le ministre a aussi lancé une «prime à la casse des chaudières anciennes» de 250 euros maximum.

* Enfin, Éric Besson a demandé à GDF Suez de renégocier de nouveau ses contrats d’approvisionnement à long terme auprès de la Norvège, ­l’Algérie et la Russie afin qu’ils reflètent plus la baisse des prix du gaz sur le marché mondial et soient moins indexés sur le pétrole. Une bonne initiative, même si nous ne pouvons que nous souvenir que la nature même de ces contrats avait été imposée en son temps….. par le gouvernement français d’alors!

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.