Le coût de la construction en permanente augmentation

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

le nombre constructions de maison neuve chute encoreFaire construire coûte de plus en plus cher. Le foncier coûte plus cher, les normes génèrent des coûts, la construction coûte plus cher, les impôts coûtent plus cher

Depuis 5 ans, le budget total alloué à la construction d’une maison est en constante augmentation, selon le baromètre trimestriel publié par la plateforme d’échanges entre particuliers ForumConstruire.com.

Première explication avancée : l’augmentation du foncier. En effet, un futur propriétaire doit dépenser aujourd’hui presque 15 000 € de plus qu’en 2011 pour acheter son terrain. Le budget terrain s’élève aujourd’hui à 97 280 € en moyenne, contre 83 900€ en 2011. Cela est dû à une raréfaction des terrains, mais aussi aux normes environnementales qui en augmentent considérablement le coût de mise en viabilité. Les mesure coercitives de sur taxation fiscales de Madame Duflot n’ont rien changé, au contraire, puisque maintenant les propriétaires cherchent à récupérer les sommes qui leur été prélevées par l’Etat en augmentant les prix de vente.

Deuxième explication: le coût de la construction a aussi augmenté, passant de 138 000 € en 2011 à 155 280 € aujourd’hui. Les normes plus strictes en matière d’isolation et de conception de l’habitat instaurées en 2012 par Madame Duflot ont largement contribué, comme on s’y attendait, à cette augmentation. Il faut aujourd’hui prévoir, en moyenne, 1 500 € le mètre carré pour faire construire une maison neuve, contre 1 300 € en 2011.

En fin de compte, le budget moyen s’établit à 150 000 € pour une maison de 100 mètres carrés, hors foncier, et hors frais de notaire, ce qui excède largement les possibilités de financement de la majorité des familles françaises, en particulier des primo accédants qui représentaient le gros des acheteurs de maisons neuves.

Ce budget construction a progressé de 15 % depuis 2010, une augmentation qui excède largement le taux de l’inflation.

Ajoutez à cela l’envolée des taxes foncières dans la quasi totalité des collectivités locales qui freinent encore les projets.

Conséquence : les surfaces habitables et les superficies des terrains se réduisent. La diminution du confort est constitutive de la paupérisation des familles françaises.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.