L’Assurance Vie plonge inexorablement…

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

L’Association française de l’assurance (FFSA et Gema) vient de publier les chiffres de l’assurance vie pour mai 2012: décollecte de 1,5 Md€!  8,3 Md€ de collecte (9,4 Md€ en aril) pour 9,8 Md€ de prestations.

Il s’agit du plus mauvais résultat depuis le début de l’année, certes loin de celui de décembre dernier, mais qui, avec une décollecte nette de 13.8Md€ en 10 mois, nous amène à nous re-poser quelques questions:

  • Est il judicieux de prévoir le doublement du plafond du livret A? Une telle mesure, comme nous avons déjà eu l’occasion de le démontrer, risque fort d’amener un certain nombre de familles à déshabiller l’assurance vie pour équiper le livret A, histoire d’échapper à la fiscalité.
  • Est il judicieux de sur-fiscaliser l’assurance vie? Le gouvernement envisage de supprimer le PLF et d’intégrer systématiquement les plus values à l’assiette IRPP.  Dans ce cas, comme nous l’avons aussi démontré dans un autre

Aujourd’hui, avec sa fiscalité ou celle qu’on lui prépare, avec les rendements des fonds Euro qui baissent d’année en année (une enquête menée par l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) nous informe que le taux de revalorisation moyen des contrats, net de chargement de gestion, a baissé entre 2010 et 2011 de 3,4 % à 3 %. Une baisse plus prononcée par rapport à la tendance baissière de ces dernières années (4,1 % en 2007 ; 3,9 % en 2008 ; 3,65 % en 2009)), l’assurance vie ne correspond plus vraiment aux besoins des ménages. Si, de toute évidence, le contexte ne facilite pas l’épargne et, au contraire incite de plus en plus de foyers à puiser dans leurs réserves pour assurer certaines fins de mois ou évènements, il n’en demeure pas moins que la méfiance à l’égard des institutions bancaires et financières en cas de krach amène de plus en plus de Français à rester très liquides. Dernier élément de réflexion, la pyramide des âges. Une grande majorité des avoirs d’assurance vie date de l’époque où il était plus facile qu’aujourd’hui d’épargner et où les rendements de l’assurance vie en faisait un excellent produit. Les détenteurs de ces contrats vieillissent et commencent à disparaître. Leurs bénéficiaires ne ressentent pas, et pour cause, le même attrait pour ce type de placement et s’orientent vers d’autres usages des fonds reçus. Le contrat d’assurance vie ne sera bientôt plus qu’un outil de gestion successorale.

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.