Dépendance: Premier rapport du groupe de travail

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Réuni hier, le groupe de travail « perspectives démographiques et financières de la dépendance », chargé par la ministre des solidarités et de la cohésion sociale, Roselyne Bachelot, de travailler sur l’aspect financier de la dépendance, a reçu les éléments lui permettant d’examiner les projections financières (d’aujourd’hui à 2040) établies par les hautes instance statistiques.

Réalisée par l’institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), et la direction générale du trésor (ex DGTPE), la synthèse remise hier propose en tout six scénarios.

Les sommes annoncées recouvrent essentiellement les « plans d’aides » à savoir le coût de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), à la charge des départements et de la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), ainsi que le « ticket modérateur » à la charge des familles.

Les experts statistiques se sont appuyés, dans leur synthèse, sur 3 scénarios démographiques possibles :

  • un scénario « optimiste », dans lequel les nouvelles technologies et l’évolution de la société permettent un allongement de l’espérance de vie en « bonne santé » et donc une augmentation relativement faible du nombre de personnes dépendantes ;
  • un scénario « central » avec un 1,9 millions de personnes âgées dépendantes à l’horizon 2040 ;
  • et un scénario « pessimiste » dans lequel un allongement de l’espérance de vie induit un allongement de la période de dépendance, et donc des besoins financiers plus importants.

Pour chaque scénario les experts ont également testé deux hypothèses:

Une évolution des prestations et aides

  • indexée sur l’évolution des prix,
  • indexée sur l’évolution des salaires.

Pour Jean-Michel Charpin, président du groupe de travail, « les modes d’indexation sont importants car cela fait bouger la dépense publique mais encore plus la dépense privée« .

Ainsi, selon l’étude, en moyenne, dans le scénario le plus central, les sommes à dépenser pour les finances publiques devraient s’élever aux alentours de 10 milliards d’euros à l’horizon 2040, avec une hausse « modérée jusqu’en 2025 et de façon un peu plus accentuée jusqu’à 2040 ». Des chiffres jugés « pas très élevés » par M Charpin.

Les conclusions des différents groupes de travail devraient être rendues publiques d’ici la fin du mois du juin

Nous n’avons autrement aucune nouvelle de la part du gouvernement qui avait évoqué récemment une adaptation de l’assurance vie à la dépendance. D’autres pistes pourraient aussi être explorées, comme une assurance dépendance dont les cotisations, à l’instar des PERP, seraient déductibles de l’assiette d’imposition.

Avez vous lu ces articles?

2 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.