Je voterai Emmanuel….. Goldstein!

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

emmanuel goldsteinPour dire non au système, pour préserver l’avenir….

Cette élection présidentielle est pitoyable. C’est enfoncer une porte ouverte que de dire cela, même le plus ignare de la chose politique circulant en France en a pleinement conscience. Pour la première fois de ma vie, je voterai FN, je voterai Le Pen…. Avant de pousser des cris d’orfraie et hurler au facisme, au dirigisme et à l’imbécillité économique, je vous demanderai de bien vouloir prendre le temps de suivre mon raisonnement:

La réversibilité ou l’irréversibilité des programmes

Le cas Macron

En cas d’élection de Macron, la prise de pouvoir est quasiment certaine. L’immense majorité des cadres et des notables du PS (qui sont à l’origine de Macron) rompra avec le PS. Une partie des cadres des LR, les plus opportunistes et les plus libéraux (au sens sociologique du terme) rompront avec leur parti. L’ensemble fusionnera avec le parti croupion « En Marche » afin de créer un nouveau « Parti Progressiste ». Ce parti « progressiste » gagnera aisément les élections législatives et assurera à Macron une majorité stable à l’AN.

En cas d’élection de Macron, les options qui seront prises seront irréversibles ou au prix d’efforts et de sacrifices que nul ne voudra ou n’osera proposer au peuple français. L’intégration complète de la France et de son armée au sein de l’OTAN ne lui permettra plus de se détacher des options stratégiques et militaires de Washington. Nous pouvons donc nous retrouver du jour au lendemain en guerre contre l’Iran ou contre la Chine, ou contre la Russie… Demain, au nom du principe qui régit la politique internationale américaine (les ennemis de mes ennemis sont mes amis), nous pouvons nous retrouver à soutenir n’importe fanatique dont l’action sera conjoncturellement favorable aux USA, mais pas à la France.

En cas d’élection de Macron, l’alignement intégral du corpus législatif et réglementaire de la France sur les directives de Bruxelles entraînera l’abandon d’un certain nombre de particularités françaises (j’ai déjà citer l’exception culturelle française) qui concerneront le droit du travail, la protection sociale, la fiscalité, les professions réglementées, la santé, l’éducation, la protection sanitaire et phyto sanitaire, le droit de la famille, l’immigration…. Même si certaines de ces dispositions ne sont pas mauvaises en soi, il s’agit d’un corpus global imposé par une instance non démocratique, située en dehors du territoire de notre Nation. Leur acceptation entérinera l’abandon de la souveraineté du peuple, c’est à dire la négation de notre Constitution. Une fois cet état de fait acté par le pouvoir collaborationniste français, il sera quasi impossible de revenir en arrière et de retrouver notre liberté, à moins d’une lutte longue, fratricide….

Lisez aussi:  Gouvernement profond, le complot des anti-complot

L’élection de Macron serait donc irréversible….

Le cas Le Pen

En cas d’élection de Le Pen, rien n’est joué. Elle n’a que peu de moyens de gagner les législatives. Probablement son parti arrivera-t-il en tête dans une grande majorité de circonscriptions, mais avec aucune réserve de voix pour passer le barrage du second tour. Elle sera alors contrainte à un gouvernement de cohabitation l’empêchant de mettre en place son programme économique débile.

Même si elle arrivait par je ne sais quel miracle à obtenir un soutien de l’AN, les négociations pour sortir de l’Europe seront longues, elle le reconnait. La mise en place de la sortie de l’Euro se fera difficilement.

Même si elle arrivait au terme de ses négociations, elle soumettrait leur résultat à un référendum qui n’a aucune chance d’aboutir, aucune. En effet, voteront contre ceux qui considéreront qu’elle n’a pas obtenu assez ET ceux qui ne voudront pas sortir….

Même si, par un nouveau miracle (faut tout de même pas trop en demander au Très Haut, il va finir par se lasser…), elle arrivait à ses fins, après tout, nous serions en excellente position pour négocier notre retour au sein de la communauté européenne sur de nouvelles bases, ce qui serait, reconnaissons le nécessaire…

En attendant, avec Le Pen, notre marché ne serait pas inondé de viande bovine bourrées d’antibiotiques ou de volailles bourrées d’hormones, les structures de la société seraient préservées, le services régaliens renforcés, les dépenses idéologiques arrêtées, la Turquie ne serait pas intégrée dans l’Europe, la France ne serait pas entraînée dans des guerres stupides servant les intérêts d’autres pays que le notre…

L’élection de Le Pen équivaudrait à un immobilisme, mais cet immobilisme laisserait à celui qui viendrait ensuite toute latitude pour prendre les dispositions nécessaires au redémarrage.

L’élection de Le Pen serait donc mult fois réversible

Le refus du Coup d’Etat

La bourgeoisie qui nous dirige et qui s’est érigée en une sorte d’aristocratie, la bienséance et la noblesse d’âme en moins, a fait main basse sur tous les leviers de l’organisation collective.

Agissant comme une caste, elle asservit chaque jour le peuple par le contrôle de l’appareil éducatif, par le contrôle de l’appareil médiatique. Ne vous étonnez pas si l’histoire n’est plus enseignée, remplacée par la « mémoire ». Si l’histoire tend à l’objectivité des faites, la « mémoire » est par nature subjective. Ne vous étonnez pas si l’instruction civique, celle qui vous enseignait les principes de la démocratie française comme la souveraineté du peuple ou le droit inaliénable à la propriété privée ou la liberté individuelle, cette instruction civique qui vous enseignait des rudiments de droits, les rouages de fonctionnement de la démocratie, la différence entre les principaux modes de scrutins et régimes politiques n’existe plus, remplacée par des cours de « citoyenneté » qui ne sont que bourrage de crânes idéologique vous préparant à recevoir (positivement) les grands thèmes du candidat que vous devrez élire et que vous reconnaîtrez aux « signes » et auquel, dans un réflexe pavlovien, vous adhérerez instantanément sans trop savoir pourquoi….

L’appareil médiatique est là pour alimenter votre pensée et surveiller vos potentielles déviances. Pour ce faire, il établit une nouvelle langue, le « politiquement correct », il sélectionne les agents de sa propagande en tenant les écoles de formation de journalisme afin de formater non sur des critères de connaissances et de techniques mais d’adhésion à des concepts idéologiques. Ces agents sont ensuite cooptés.

Lisez aussi:  Carte bancaire, défendre le système français

Pour que les aspects soient saufs, il faut que subsiste la pantomime démocratique. Comment faire pour le peuple, pourquoi psychologiquement préparé, ne se mette pas au travers du processus imaginé?

La carotte et le bâton.

La carotte, nous l’avons vu, consiste à vous inculquer des concepts à base de mots clefs que vous avez intégrés comme positifs « citoyenneté; ouverture; partage; rassemblement; mémoire; ensemble; progrès; Europe; accueil…. ». Lorsque le « bon » candidat les utilisera, vous l’identifierez dans un réflexe pavlovien.

La bâton, c’est la création d’un repoussoir. Le système a besoin d’un repoussoir et si possible un repoussoir qu’il maîtrise. En France, il s’appelle Le Pen. L’image de Le Pen est totalement maîtrisée par le système. C’est le diable, l’ennemi, le mal absolu, il faut populariser le concept de « tout sauf Le Pen »….., sachant que le « tout », c’est le candidat que le système a choisi pour vous.

Vous retrouvez tout ceci dans un roman, qui pourtant n’est pas récent, qui s’appelle 1984. Vous y retrouvez la novlangue, les livres dont le contenu est modifié en fonction de l’évolution de l’idéologie, les moyens audio visuels qui vous suivent partout et enregistrent vos moindres faits et gestes et l’expression de la moindre opinion, et « l’ennemi », celui que la propagande présente en permanence comme celui qui veut la destruction du monde et qui nécessite le rassemblement de tous pour le contrer…. (jusqu’à ce que le héros du livre comprenne que cet ennemi n’existe pas mais que le système en a besoin pour s’assurer que même ceux qui ne sont pas d’accord avec lui adhèrent au nom de l’intérêt supérieur…) Cet ennemi s’appelle dans le livre « Emmanuel Goldstein ».

En 2017, nous avons assisté à un coup d’Etat.

La médiocrité du Président Hollande et de ses amis socialistes faisait qu’il n’était plus question de compter sur eux pour atteindre les objectifs souhaités. Le peuple allait voter à droite, c’était certain. Il fallait alors se choisir un candidat qui, bien que portant les couleurs de la droite, serait parfaitement asservi au système. Ce fut Juppé. Mais le peuple de droite n’en a pas voulu et se choisit un autre champion que les intérêts du système laissait plus ou moins froid ou qui, du moins faisait passer les intérêts des Français avant ceux du système. Ce fut le déchaînement, la cabale, le complot. Il fallait que le second tour voit s’affronter, contre la volonté populaire, Emmanuel le gentil contre Emmanuel Goldstein, c’était la condition pour le gentil puisse l’emporter…..

Je ne cautionnerai pas le coup d’Etat politico-médiatique, je ne me soumettrai pas au système et le seul moyen de ne pas se soumettre au système, c’est de faire exactement l’inverse de ce qu’il attend des moutons….

Je voterai Emmanuel Goldstein, alias Marine Le Pen!

 

Avez vous lu ces articles?

2 comments

  • Je vous remercie pour le courage de votre article. Vous qui possédez ce journal.
    Vous démontez très bien le complot auquel la majorité va obéir.
    L’affaire est pliée, hélas.
    De gauche , dans un milieu bourré de gens de « gauche », je suis regardé comme un monstre, rejeté hors du monde, pour avoir la même approche que vous..
    Trivialement: On va en chier!

Laisser un commentaire