Quand les zélites économiques fuient Paris

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

François Pinault et SAlma Hayek quittent la France pour LondresFrançois Pinault s’installe à Londres….

François-Henri Pinault, PDG de Kering, et Jean-François Palus, son directeur général délégué, se sont installés à Londres, le premier en septembre 2014 et le second en juillet 2013. Il n’y a, bien sûr, rien de fiscal là dedans, voyons! Du moins, pas seulement.

Pas seulement car dans les raisons officielles du déménagement, il y en a quelques unes qui ne sont pas complètement fausses.

« Se rapprocher des clients et des marchés ». Oui, il faut bien avouer que la place de Paris est en train de perdre en termes de volumes d’activité dans le luxe, au profit de Londres.
Perdre du point de vue du petit côté de la lorgnette, les achats, car le commerce de luxe s’y développe; il n’y a plus maintenant d’enseigne qui ne soit à Londres; les horaires et les jours d’ouverture sont plus souples et plus larges qu’à Paris. Les touristes peuvent donc consacrer leurs soirées ou leurs dimanche au shopping, quitte à avoir des activités plus culturelles le reste de la journée.
Perdre du point de vue de la création. Les facilités économiques faites aux entreprises à Londres, les facilités de communication à partir de la capitale britannique ont permis de voir jaillir des dizaines d’ateliers de création, animés par de jeunes stylistes venus du monde entier. Londres est en passe de dépasser largement Paris en termes de créativité de mode. La capitale anglaise n’a pourtant investi dans aucun « atelier 101 » pour cultureux loosers vivant aux crochets des subventions publiques.

« Londres est une place financière incontournable pour une entreprise cotée réalisant 90% de ses ventes à l’étranger ». Indiscutable. La pesanteur administrative, l’idéologie socialiste et la fiscalité ont réussi ce tour de magie de faire que la seconde langue parlée à la City soit le français parce que tous nos grands analystes et professionnels de la finance s’y sont exilé. Paris n’est plus une place financière d’importance et seule une sortie de l’UE de la Grande Bretagne peut espérer lui redonner quelque éclat.

« Le groupe possède trois marques britanniques -Christopher Kane, Stella McCartney et Alexander McQueen. » Oui, bon, il possède aussi des marques françaises, allemandes, italiennes, en fait tout cela ne veut plus rien dire. Londres est une plaque tournante où se trouvent les énergies, les synergies.

Après, il y a les fausses raisons, genre « il est plus facile de voyager vers les Etats-Unis et l’Asie en décollant de Londres »… N’importe quoi! Moins cher, oui, mais Kering n’en est pas à économiser sur les billets du moins de ses dirigeants.

Et puis, il y a les raisons sociologiques. François-Henri Pinault, se serait décidé à partir pour « raisons familiales ». Sa femme, l’actrice Salma Hayek, préférant une école britannique pour leur fille plutôt qu’une école française. Bon, vu le niveau scolaire en France, les dérives idéologiques, la délinquance, cela peut se comprendre. Je dirais même que cela s’entend très bien et que nombre de familles françaises, si elles en avaient les moyens et l’opportunité feraient le même choix. Ce qu’il y a simplement de drôle, c’est que les Pinault, avec leurs prises de position, leurs « oeuvres d’art » contemporaines, font partie de cette pseudo élite qui nous impose la sous culture décadente qui engendre cette médiocrité éducative. Mais, quand il s’agit de sa propre progéniture, là, on redevient sérieux….

Les deux dirigeants entendent revenir très souvent à Paris. Heureusement, parce que sinon, c’est à se demander pourquoi ils ont tant investi dans un nouveau QG,  situé sur l’ancien site de l’hôpital Laennec (Paris VIIe) dans de magnifiques bâtiments du XVIIe siècle agrémentés d’un jardin privatif de 7 000 mètres carrés!

Avez vous lu ces articles?

2 comments

Laisser un commentaire