Les assureurs se lancent sur le marché de la dette d’entreprise

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Pour diversifier ses investissements, AXA va proposer avec la Société Générale dans un premier temps, mais également avec le Crédit Agricole avec qui il prépare le même type d’accord, des offres de financement à moyen terme destinées à des entreprises de taille intermédiaire. Ces solutions seront proposées conjointement par l’assureur et par chacun de ses partenaires bancaires mais Axa portera l’essentiel du risque. Avec la Société Générale, ces financements compris entre 30 et 100 M€ à un horizon de 5 à 7 ans sont destinés à des entreprises réalisant un chiffre d’affaires de plus de 250 M€ après analyse de leur situation par l’assureur et son partenaire. Cette formule de dette privée devrait prendre de l’essor. « Avec Solvabilité 2, l’univers d’investissement des assureurs se réduit », indiqué Nicolas Moreau, le PDG d’Axa France pour expliquer les raisons de ces partenariats.

AXA ne serait qu’un précurseur. Selon un rapport du cabinet de conseil Oliver Wyman, « les assureurs vie européens pourraient répondre aux besoins de financement de l’économie qui ne sont plus couverts par les banques et augmenter ainsi leur valeur de marché de 50%, soit 200 Md€ ». Pour ce faire, ils s’appuieraient sur leurs passifs long terme, qu’Oliver Wyman évalue à 900 Md€ en France, 600 Md€ au Royaume-Uni et autant en Allemagne. Le cabinet estime que le manque de financement par le secteur bancaire atteindra 3 000 Md€. Or, étant collecteurs d’épargne via les produits retraite, les assureurs , avec les fonds de pension, sont les plus à même de servir de relai. Non seulement cela contribuerait à la stabilisation de l’économie mais les assureurs verraient leur rentabilité augmenter de 50% et leurs retours sur investissements sur les produits retraite s’améliorer.

source: L’Argus de l’Assurance

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.