A suivre: Quertech invente le verre inrayable

Brèves, Conseils
The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Pensez aux start up pour vos investissements. Voici une entreprise caennaise qui pourrait bien créer la surprise.

Tirer profit de ses atouts

Quand un petit veut faire bouger deux gros, il doit se lever tôt ou être plus malin qu’eux. Le conseil n’est pas forcément enseigné tel quel sur les bancs des écoles de commerces. Mais Frédéric Guernalec, président directeur général de Quertech, l’a conceptualisé. Son entreprise (huit salariés), implantée sur l’ancien site Kodak, rue de la Girafe, à Caen, est spécialisée dans des technologies améliorant les performances des matériaux.

De l’audace, toujours de l’audace, encore de l’audace..

Tout commence, il y a un an. En partenariat exclusif avec un grand groupe japonais, les dirigeants de Quertech voulaient le faire évoluer vers une technologie qu’il n’avait pas encore prévu de développer. En l’occurence un verre inrayable, parfait pour les smartphones par exemple. Frédéric Guernalec contacte alors, via un réseau social professionnel, certains des principaux dirigeants de grandes marques mondiales. Puis envoie des échantillons à un chroniqueur spécialisé du journal New York Times pour qu’il les teste, publie éventuellement un article, mais lui demande de ne jamais mentionner le nom de l’entreprise caennaise.

Les tests sont concluants, des industriels se rapprochent du journaliste pour connaître l’industriel « mystère ». Les contacts se concrétisent en janvier, lors du « Consumer electronic show » de Las Vegas où Quertech décroche la timbale. « Au retour des Etats-Unis, j’ai pu mettre en relation l’une des plus grandes marques de smartphones avec mon donneur d’ordre, explique Frédéric Guernelec. L’objectif est de créer une situation d’inconfort, à savoir le risque de passer à côté d’une technologie stratégique. » Quand les deux gros en sont convaincus, ils s’entendent. Le petit n’a plus qu’à ramasser le fruit mûr. CQFD.

Source: www.entreprises.ouest-france.fr

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire