Groupama vend sa filiale maritime (suite et fin)

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Conformément à ce que nous évoquions le 2 juillet dernier, Groupama vient d’annoncer aujourd’hui, 17 juillet, avoir signé un accord définitif avec Helvetia pour la cession de l’activité maritime et transport en France (240 personnes, 166 M€ de CA). Cette opération correspond à un transfert de portefeuille pour lequel l’assureur suisse devrait débourser près de 38,5 M€.  L’opération devrait être effective au cours du 4ème trimestre 2012, après approbation des « autorités compétentes ».

Selon Thierry Martel, directeur général de Groupama, cette cession « satisfait au double objectif de garantir la continuité de l’activité et de renforcer la solvabilité de Groupama ». Côté Helvetia, il s’agit d’une très belle opération qui permet au Suisse, actuellement à la cinquième place (82,5 M€ de primes à fin 2011 dans l’Hexagone, une centaine de collaborateurs), de tripler sa taille, pour devenir le numéro 2 derrière  Axa.

Sur le plan des ressources humaines, les choses sont loin d’être bouclées, ce qui laisse tout de même un petit goût amer. Alain Tintelin, directeur d’Helvetia France, reste extrêmement prudent : « Concernant les emplois, nous n’avons pas formulé d’engagement formel, qui d’ailleurs ne nous a pas été demandé. Nous n’avons pas de position de principe mais une attitude pragmatique. Nous prendrons le temps de prendre la mesure de l’organisation des équipes, de voir quelles synergies seront possibles. Nous regarderons tous les points, site par site, et en particulier celui du Havre. » (c’est MVMA qui souligne…)

Lisez aussi:  Blanchiment: 300 M€ pour éviter un procès

Notons enfin que les succursales étrangères ne sont pas incluses dans la négociation, et que rien ne permet de dire ce qu’elles deviendront.

Cette transaction semble tout de même avoir été menée le couteau sous la gorge.

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]

Avez vous lu ces articles?

2 comments

Laisser un commentaire