Les respect de la parole donnée

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Liquidés, ils assurent la fin des chantiers

En juin dernier, l’entreprise BoisainbioZ’habitat, qui avait trois ans d’existence, est liquidée et cesse toute activité le 20 juillet. « On a fermé alors qu’on avait 300 000 € de commandes et un an de travail. Les permis de construire ont tardé à venir et la banque n’a pas voulu assurer le relais ». David Lemonnier et Philippe Penotet, deux artisans qui s’étaient associés font partie des quatre entreprises sur cinq qui ne connaissent pas le cinquième exercice et qui plongent pour des problèmes de trésorerie.

Malgré leurs déboires, ces deux artisans tous deux âgés de 38 ans, mettent un point d’honneur à terminer leurs chantiers. « Les clients ont déjà du mal pour obtenir leurs prêts. Si en plus, on les avait laissés tomber, on aurait été des voyous. »

Voilà, Monsieur le ministre, c’est ça un entrepreneur…. Dommage que personne, moyennant une action symbolique, n’ait pu mettre 100 ou 200 000€ en compte courant d’associé chez ces gars là. Bon, faut dire aussi que 3.9% de taux d’intérêt imposés à 37.5%, ça laisse pas grand chose…

Lisez aussi:  L'Etat se mêle (encore) de la gouvernance des entreprises!

Lire l’article paru sur Ouest France

[form form-17]

Avez vous lu ces articles?

2 comments

  • … c’est pas le systeme qui est mauvais, ni les 37%… mais c’est parce qu’il manque des outils economiques pour gerer ces cas là!

    D’abord un outil administratif pour que le blocage ne soit pas verrouillant, ensuite un outil economique qui ne laisse pas a la banque ce « droit de vie et de mort » sur l’entreprise.

    Encore une fois, vous voyez bien que l’argent n’est pas une marchandise comme une autre et que celui ci ne peut etre laissé a la discretion de personnes privées dont les interets sont divergeants… par exemple, vous dites que la banque n’a pas suivi…

    ok, qu’en savez vous si elle n’a pas suivi pour d’autres entreprises? et que les interets de ces autres entreprises allaient etre en concurrence avec ces entrepreneurs là auxquel elle a refusé???

    Vous avez raison sur le principe, l’entreprise en general est maltraitée… mais pourquoi ne pas appliquer le même raisonnement que tout le monde fait lorsqu’on parle d’Europe? un probleme, c’est la faute a pas assez d’Europe… ici c’est pareil, un probleme entrepeunarial, c’est la faute a pas assez d’etat…

    Les banques ne peuvent pas avoir la mainmise, il faut au minimum un secteur public à l’argent, la concurrence libre et non faussée ne s’applique pas a ce domaine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.