Les limites d’AERAS

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Malgré la convention AERAS, s’assurer reste difficile en cas de maladie

La dernière édition du baromètre des droits des malades réalisé par le collectif inter-associatif sur la santé (Ciss) montre que deux Français sur dix ont déjà rencontré, du fait de leur état de santé, des difficultés alors qu’ils négociaient un crédit (immobilier ou à la consommation). Ainsi, près du tiers des Français et même 49% des personnes en ALD (Affection Longue Durée) disent avoir déjà été confrontés, en direct ou via un proche, à au moins une des difficultés suivantes en lien avec l’état de santé au moment de réaliser un emprunt : refus d’assurance du prêt (20%, et 32% pour les personnes en ALD) ; et/ou proposition d’assurance avec exclusion de garanties (19%, et 35% chez les personnes en ALD) ; et/ou proposition d’assurance avec surprime (18%, et 28% chez les personnes en ALD) (Sondage LH2 réalisé par téléphone les 22 et 23 mars derniers auprès d’un échantillon de 1 003 personnes).

Et, parmi ces personnes qui disent avoir été confrontées à ces situations, 46% déclarent ne pas connaître le dispositif de la convention AERAS (s’assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé).



250x250

[tell-a-friend id= »1″ title= »Faites suivre »]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.