L’envolée des prix des produits pétroliers. Conjoncturelle ou structurelle? Structurelle:

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Le prix du pétrole augmente, certes. De manière explosive? Non. Peut on penser que les éléments régulateurs qui ont calmé l’envolée de 2008 peuvent à nouveau fonctionner? Hélas, trois fois hélas, NON. Faut il nous attendre, dès lors, à voir le coût des carburants fossiles rester longtemps à un niveau excessivement haut? Si la fiscalité actuelle se maintient, oui! Quels sont les éléments qui permettent d’affirmer cela? L’effet conjugué de l’augmentation de la demande chinoise, de la crise des pays arabes, de la baisse de l’euro, des freins mis sur les carburants « verts » et du déballonnage du mythe des réserves saoudiennes et de l’incurie des institutions européennes.

  • La demande de la Chine n’a jamais été aussi importante qu’actuellement. La Chine reste le second plus gros consommateur de pétrole au monde, l’Agence Internationale de l’Énergie estimant qu’elle devrait être responsable de 40% de la hausse de la demande globale en 2011. La Chine a ainsi battu son record d’importations de pétrole avec 9,6 millions de barils/jour en décembre, soit plus que toute la production actuelle de l’Arabie Saoudite (8,25 millions de barils/jour le même mois). La consommation de pétrole a augmenté de 12,9% en 2010 par rapport à 2009, de 18,2% pour le gaz!

Cette seule donnée (l’accroissement de la consommation de la Chine) a suffi à provoquer la surchauffe de 2008. Pourtant, la consommation n’était pas au point où elle en est actuellement. Cette simple donnée suffit à assurer une augmentation des cours. La consommation pétrolière chinoise ne saurait être déclinante. A échéance de quelques mois (un ou deux ans tout au plus) la Chine deviendra le premier consommateur de pétrole. Son mode de négociation avec certains pays pétroliers est particulier. Il inclut la fourniture de pétrole dans des accords plus larges concernant le transfert de technologie, l’équipement en infrastructures ferroviaires ou télécoms comme c’est le cas par exemple en Libye. La diplomatie chinoise est très active auprès des pays arabes. Les accords qui viennent d’être signés avec l’autorité palestinienne prévoyant la livraison pour 5,5 millions de dollars de matériel sont à inscrire dans ce cadre. Une partie de ses approvisionnements ne se font donc pas au cours du marché. Enfin, la Chine est une fabuleuse réserve de dollars. L’envolée des cours ne l’impactera pas de la même manière que l’Europe.

  • Les révoltes arabes ne touchent pour l’instant que la Libye, en termes de pays pétroliers. Nous voyons d’ailleurs avec quelle vigueur certains pays occidentaux réagissent. L’impact sur les cours n’est pas fondamental. La crise, très visible, permet aux medias occidentaux de présenter une « jolie histoire » au public affolé par l’explosion des prix. La dramatisation de la situation libyenne permet aussi de transmettre un message « fort » aux autres pays producteurs.
  • La baisse de l’euro joue pour beaucoup dans l’explosion des prix à la consommation. L’euro fort avait en 2008 protégé les consommateurs français de l’augmentation du pétrole. Cette barrière, à la suite de l’endettement faramineux de la plupart des États européens et de l’engagement de solidarité qui les lie désormais, n’existe plus. L’Euro plonge. Cette plongée, qu’aucun Président de BCE ne veut entériner, est malheureusement un tendance à moyen terme. Cette donnée est un facteur aggravant dans l’augmentation des produits pétroliers auprès des consommateurs.
  • Les « carburants verts » ne prennent pas le relai en Europe. La production de carburants d’origine végétale est parfaitement maitrisée depuis la seconde guerre mondiale. Certains pays, comme le Brésil, en ont fait un de leurs moteurs de croissance. Mais voilà, le lobby « écolo », dont il est raisonnable quelques fois de se poser la question des liens avec le lobby pétrolier, s’est mis en travers de son développement en Europe. « Appauvrissement des terres », « paupérisation des producteurs » furent les deux axes de leur argumentation. Quand nous voyons le nombre d’agriculteurs obligés de mettre la clef sous la porte chaque année et la surface des terres en jachère (surveillées par satellite…) que supporte notre continent, nous sommes bien obligés de parler de trahison. Il y a là une ressource inexploitée par unique raison politique. Les carburants verts ne sont pas en mesure d’alléger nos importations.
  • En 2008, la crise fut désamorcée par une augmentation de la production saoudienne. Cette augmentation eut lieu à la demande des USA pour stabiliser les cours. L’Arabie Saoudite avait la réputation d’être une des plus importantes réserves mondiale de brut. Dans l’esprit de tous, elle pouvait maintenir une production élevée le temps qu’il fallait pour calmer les ardeurs de plus actifs. Seulement voilà, depuis, il y eut Wikileaks et ses révélations. Les fameuses réserves saoudiennes sont pipeau. Elles ont été volontairement surestimées de plus de 40%. Non, l’Arabie Saoudite ne peut plus augmenter considérablement sa production pour jouer sur les cours à la demande de son « allié » américain. Même si elle le tentait, elle ne serait plus prise au sérieux par les marchés. L’oncle Sam a-t-il une autre carte dans sa manche? Rien ne le laisse supposer pour l’instant. Après avoir servi fidèlement à chaque crise depuis les années 70, l’ Arabie saoudite n’est plus en mesure de limiter la hausse des cours.

Vous l’avez compris, nous sommes en face d’une crise majeure. Peut être de « LA » crise, le fameux « peak oil » que certains analystes nous prédisent depuis tant d’années! Face à cette crise, l’Europe, dont les institutions sont plus préoccupées par les discriminations que les problèmes énergétiques, est totalement absente. Aucune stratégie commune, aucune mise en commun des ressources, aucune négociation commune avec les pays producteurs. Pire, et l’exemple de la construction du gazoduc en provenance de Russie en est la preuve, les différents pays européens se tirent dans les pieds.

Bien, et y a-t-il au moins moyen de tirer un profit quelconque de tout cela?

En termes de gestion de patrimoine, il y a lieu d’agir sur vos placements. Je vous recommande de sortir une bonne partie de vos investissements en fonds euro de vos contrat d’assurance vie et de les mettre sur des UC en FCP spécialisées dans le domaine de l’énergie. Vous allez passer tout à coup de 3% à 10% voire plus de rentabilité. Ce conseil vaut aussi pour vos PEA, retraites capitalisées etc… Pourquoi pas du titre vif? Parce que bien malin qui peut dire aujourd’hui LE titre qui profitera de l’envolée. Un FCP bien géré, il y en a un certain nombre sur le marché, équilibre ses investissements entre l’équipement, la recherche, l’extraction, le raffinage, la distribution. C’est une position que vous pouvez prendre au moins jusqu’à la fin de l’année.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.