Financez votre ravalement par la publicité!

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Nous attendons pour juillet un décret d’application de cette disposition dont nous connaissons déjà les grandes lignes:

Désormais, les immeubles d’habitation pourront financer leur ravalement en louant les échafaudage à des marques. C’est une disposition de la loi « Grenelle II ». Le projet de décret, pour ce que nous connaissons, limite néanmoins cette possibilité à 12 m2 n’excédant pas 50% de la surface de la bâche l’espace publicitaire autorisé. De plus, une autorisation préalable sera exigée avant toute installation.

Il est clair que les anti-pub manifesteront leur opposition à ce texte au nom de la pollution visuelle de nos villes. De leur côté, les co-propriétaires estiment que 12m² est vraiment petit pour une réelle valorisation de l’espace et réclament déjà, au même titre que les bâtiments historiques, le droit d’utiliser 50% de la surface. Les « égalitaristes » contestent déjà une mesure qui va favoriser les immeubles les mieux situés et proposent une « régie nationale » de péréquation. Devant ces réactions, nous pouvons nous dire que la France est encore « Gauloise »… Tous d’accord pour… ne pas être d’accord!

Ceci étant, j’ai pour ma part deux réflexions à formuler:

  • Je suis étonné que rien n’ait été prévu pour encadrer la DURÉE d’exposition. En effet, la publicité visuel en milieu urbain se payant « au mois », nous risquons de voir certaines co-pro ne plus pousser du tout les entreprises à réaliser les travaux le plus vite possible mais au contraire à les inciter à laisser un pauvre malheureux sur le chantier pendant des mois, histoire d’engranger un maximum de publicité. Nos villes risquent alors de devenir une succession d’échafaudages et nos façades invisibles.
  • je suis étonné que certaines associations familiales n’aient pas encore réagi. En effet, nulle part dans les textes, dans les projets, dans les discussions, n’ont été évoqués les natures, contenus et visuels de ces publicités. A qui ce nouvel espace commercial sera-t-il ouvert? A tous?

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.