Banques espagnoles: Ça commence!

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Nous vous annonçons depuis plusieurs mois que la prochaine étape de la crise sera espagnole. Nous vous prévenons que les banques espagnoles ont plombé leurs bilans avec des actifs immobiliers qui ne valent plus rien ou presque plus rien et qu’elles inscrivent toujours à leurs valeur initiale.

L’explosion du système commence. Le ministère espagnol des finances vient d’annoncer aujourd’hui: « Nous sommes en train de finaliser un plan d’assainissement de la banque qui se fera sûrement à travers l’injection d’obligations convertibles, les fameuses Cocos, et nous préparons aussi des changements dans la gestion« . Il s’agit de Bankia, la plus grande union de caisses d’épargne espagnole.

D’après le quotidien « El Païs« , repris en France par « la Tribune« , c’est la bagatelle de 10 milliards d’Euros qu’il est envisagé d’injecter pour sauver Bankia. 10 milliards d’Euros pour une seule banque, en urgence (on parle d’une intervention avant vendredi prochain), alors qu’il y a quelques jours, le gouvernement annonçait s’attaquer à une solution globale pour extraire l’immobilier pourri des bilans des banques. Visiblement la situation de Bankia ne pouvait pas attendre. Notons tout de même qu’il y a seulement quelques semaines, la direction de la banque, comme celles d’autres banques espagnoles, dénonçait comme diffamatoires les affirmations de certains analystes selon lesquels la recapitalisation de certaines banques, dont Bankia, était nécessaire.

Bien évidemment, dans ce genre d’affaire, le Président, Rodrigo Rato (ancien ministre de l’Economie de 1996 à 2004, ancien directeur général du FMI jusqu’à 2007), présente sa démission (pas moyen pour le moment de savoir si il bénéficie d’un parachute doré) tout en choisissant son successeur, lui même ancien Directeur Général de BBVA (deuxième banque espagnole) jusqu’en 2009.

Nous ne le vous le dirons jamais assez, exigez le détails des obligations contenues dans vos fonds euros ou dans vos FCP obligataires. Il est probable que si la machine s’emballe, il ne soit matériellement pas possible aux Etats de sauver toutes les banques. Les premières qui chuteront seront aidées, mais quid des suivantes, quand les ressources seront épuisées?

La Grèce a voté hier pour un parlement qui, selon toute probabilité votera la sortie de l’Euro (tout ça pour ça!), le prochain maillon faible sera l’Espagne. Les sommes en jeu ne sont les mêmes, les conséquences ne seront pas les mêmes non plus….

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.