Le patrimoine ne rapporte plus rien aux Français!

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

créations d'emplois patrimoineUne étude de l’INSEE sur les diverses sources contribuant au pouvoir d’achat des Français est formelle: après 5 ans de socialisme, le patrimoine ne rapporte plus rien…

Depuis 2011, les revenus du patrimoine sont plats

Selon les estimations de l’Insee, il faut remonter à 2011 pour trouver trace d’une année où les revenus du patrimoine, immobilier et épargne, ont permis de gagner en pouvoir d’achat. Dans l’édition 2018 de ses tableaux de l’économie française, l’Insee dresse ainsi une comparaison des contributions à l’évolution du pouvoir d’achat des ménages, par catégorie de revenus et en optant pour une approche globale de la population dont voici une des illustrations:

Comment lire ce graphique ? En 2012, l’inflation (catégorie prix) et l’évolution des impôts ont rogné le pouvoir d’achat des ménages français, la progression des salaires et prestations sociales n’ayant pas compensé ces évolutions. A contrario, en 2016, l’Insee relève une hausse assez nette du pouvoir d’achat, principalement grâce à l’augmentation des revenus d’activité et des prestations sociales. En revanche, de 2012 à 2016, les revenus du patrimoine ont un apport « neutre ».

L’INSEE fait une analyse « technique » de la stagnation des revenus du patrimoine

L’Insee ne livre pas d’analyse précise de ces statistiques, mais fournit une explication à la stabilité globale des revenus du patrimoine : « Les loyers reçus par les ménages progressent au même rythme [en 2016] qu’en 2015 (+2,1%, après +2,2%), tandis que les revenus nets de la propriété chutent (–3,2%). Cette baisse tient essentiellement à la forte diminution, pour la 3e année consécutive, des revenus tirés de leurs placements en assurance-vie. » L’Insee ajoute que la baisse des taux d’intérêt pèse aussi logiquement sur le faible gain de pouvoir d’achat engendré par la détention de patrimoine.

Ce que l’INSEE ne dit pas car ce n’est son rôle, c’est que cette période de platitude correspond à la période de gestion socialiste de notre pays.

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire