Embargo sur la Russie prolongé d’un an

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

embargo sur la russie renouveléL’Ukraine ne respecte aucun accord et pourtant l’Europe s’entête avec un embargo sur la Russie qui sanctionne plus nos producteurs que son destinataire!

On croit véritablement marcher sur la tête. Alors que l’armée ukrainienne continue de bombarder sans relâche les population civiles du Donbass, alors que les accords de Minsk qui prévoyaient la mise en place d’un Etat fédéral et le retrait des armes lourdes n’est pas respecté et que E. Macron l’a reconnu lors du passage de Poutine à Versailles, alors que l’Ukraine a intégré ses milices nazies dans l’armée régulière, alors que l’Etat ukrainien s’enfonce dans la corruption à un point qui dépasse la situation qui existait du temps de l’ancien régime, alors que le FMI remet en question sous soutien financier à l’Etat ukrainien, voici que l’Union Européenne renouvelle ses mesures d’embargo sur la Russie!

L’Union européenne a reconduit lundi pour un an des sanctions décidées après l’annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, qui interdisent notamment les investissements dans la péninsule et les importations vers l’Union de ses produits.

Les 28 pays de l’UE doivent par ailleurs reconduire dans les semaines à venir leurs lourdes sanctions économiques contre la Russie, touchant notamment des banques, entreprises pétrolières et de défense, décrétées à l’été 2014 en réaction au soutien présumé de Moscou à l’offensive de rebelles séparatistes dans l’est de l’Ukraine.

Lisez aussi:  Gel des comptes bancaires des particuliers

Ce sujet devrait être abordé par les chefs d’Etat et de gouvernement européens lors de leur sommet jeudi et vendredi à Bruxelles, alors que le conflit, qui a fait plus de 10.000 morts en trois ans, a repris en intensité ce printemps.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, dont les pays ont parrainé les accords de Minsk, devraient informer leurs homologues de la situation sur le terrain et « recommander » un renouvellement de ces sanctions, selon une source diplomatique. Une attitude contraire à ce que le Président Macron laissait entendre lors du passage de Poutine en France.

Ces lourdes sanctions, dont l’embargo sur la Russie, qui ont durablement empoisonné les relations entre Bruxelles et Moscou ont toujours été prolongées par périodes de six mois. Elles visent également près de 150 personnalités, dont des proches du président Vladimir Poutine, inscrites sur la « liste noire » de l’UE, ce qui leur interdit tout visa pour un pays de l’Union et gèle leurs fonds déposés dans des banques européennes.

Les sanctions concernant la Crimée, péninsule ukrainienne dont les Européens refusent de reconnaître l’annexion qu’ils jugent « illégale » par la Russie, ont été prolongées ce lundi jusqu’au 23 juin 2018, soit un an.

Pour l’instant, la Crimée

« Les mesures s’appliquent aux ressortissants de l’UE et aux entreprises établies dans l’UE. Elles sont limitées au territoire de la Crimée et de Sébastopol« , a indiqué le Conseil, qui représente les 28 Etats membres, dans un communiqué.

Elles concernent notamment « l’importation de produits originaires de Crimée ou de Sébastopol dans l’UE » et « les investissements en Crimée ou à Sébastopol ». Aucun Européen ni aucune société établie dans l’UE ne peut ainsi y acquérir des biens immobiliers ou y financer des sociétés.

Lisez aussi:  Carte bancaire, défendre le système français

Les activités touristiques en Crimée ou à Sébastopol sont interdites, et les navires de croisière européens « ne peuvent pas faire escale dans les ports de la péninsule de Crimée, sauf en cas d’urgence ».

Le président ukrainien Petro Porochenko, empêtré dans un nombre incalculable d’affaires de corruption et trop content de trouver là une diversion, a salué la décision sur son compte Twitter, tout en demandant que Bruxelles en fasse davantage pour punir Moscou.

Comme à chaque renouvellement des sanctions européennes, le Kremlin a de son côté protesté. « Nous ne les considérons pas comme légitimes« , a expliqué son porte-parole Dmitri Peskov. « Ces sanctions portent préjudice non seulement à nous, mais aussi aux pays qui en sont initiateurs« , a-t-il jugé.

En fait ces sanctions concernant uniquement la Crimée, outre l’embargo sur la Russie, font beaucoup de mal aux population de Crimée et c’est bien là ce que veut celui qui se prétend « Président ». En effet c’est à plus de 80% que lors d’un référendum, la population de Crimée avait entériné le rattachement à la fédération de Russie. Outre la présence militaire, c’est le tourisme qui était une ressource majeure de la région.

Source: Challenges en temps réel : Économie

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire