Whirlpool Amiens et ses 600 emplois menacés, enjeu des élections

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Whirlpool Amiens, Le Pen-1 Macron-0La candidate FN a indiscutablement marqué un point dans le cœur des Français en allant à la rencontre des grévistes de Whirlpool, même si c’est pour tenir un discours démagogique ne prenant pas en compte les vrais problèmes

L’usine Whirlpool d’Amiens (Somme) fermera en juin 2018, dans un bassin d’emploi déjà durement touché. Ce seront au total, quelque 290 salariés, auxquels s’ajoutent 250 intérimaires employés quasiment en permanence et une centaine de salariés du sous-traitant pour les plastiques, Prima, installé sur le site même de l’usine, qui perdront leur emploi, licenciés par le géant américain du gros électroménager, numéro deux mondial du secteur.

Le 24 janvier, le groupe américain annonce la fin de la production de sèche-linges à Amiens au profit de Lodz en Pologne, avec les conséquences que l’on connaît. Il ajoute que ce site est appelé à devenir « le point central » de la nouvelle plateforme de production de sèche-linges pour la région Europe, Afrique et Moyen-Orient du groupe. Objectif déclaré: bénéficier de « plus fortes économies d’échelle » et ainsi « sauvegarder sa compétitivité » dans un contexte « de plus en plus concurrentiel ».

Une décision qui en réalité n’a surpris personne car depuis 2014 et le rachat du fabricant italien d’électroménager Indesit, Whirlpool s’est retrouvé avec tout en double – les commerciaux, les sites de production.

Lisez aussi:  Redressement fiscal: le fisc attaque Microsoft

C’est une fermeture emblématique de tous les échecs des politiques économiques menées par les gouvernements français depuis plus de 10 ans.

La réduction du temps de travail, l’augmentation constante des coûts du travail , la lourdeur administrative liée à l’emploi ont une conséquence direct sur les emplois à faible valeur ajoutée. Depuis 30 ans je répète inlassablement que la seule donnée qui compte pour la création d’emplois est la plus value générée. Si vous ajoutez tous les coûts lié à la création et à l’administration d’un employé en France et que vous rapportez cela au nombre d’heures travaillées dans l’année, vous obtenez une plus value marginale qui dépasse de loin toutes celles des autres pays industrialisés. Dès lors l’industriel qui produit des biens ne nécessitant pas une forte valeur ajoutée se retrouve soit en situation de fermer soit en situation de délocaliser car ses coûts de production le mettent hors compétitivité.

Cette situation est directement le fruit d’une gestion pitoyable de l’économie par nos politiques. Si Marine Le Pen a indiscutablement marqué un point en allant à la rencontre des ouvriers en grève aujourd’hui, elle a commis un grave délit de démagogie, car son programme économique, calqué sur celui du PS ou du PCF de l’époque « programme commun » ne peut en aucun cas résoudre ce problème. A moins, bien évidemment, qu’elle décide de mettre des taxes à l’importation des sèches linges comme Donald Trump a menacé de le faire et que Whirlpool ne cède à ce chantage. Mais même dans ce cas, la situation ne sera pérenne que si elle l’intelligence de profiter de ce répit pour prendre les décisions qui s’imposent pour réindustrialiser notre pays.

C’est une fermeture emblématique de l’échec de la politique économique européenne

Alors que Marine Le Pen se présente comme la candidate anti-Union Européenne, voici que crèvent les écrans des ouvriers français qui vont perdre leur emploi au profit…… d’ouvriers polonais, membres comme eux de l’Union Européenne! Ainsi donc en dix minutes de direct sur BFM, tous les discours sur l’Union Européenne source de paix, sur l’Union Européenne source de développement économique, sur l’Union Européenne source de profitabilité partagée s’effondrent, s’écroulent, volent en éclats!

Lisez aussi:  Carte bancaire, défendre le système français

L’union Européenne, aujourd’hui, par le biais de Whirlpool Amiens, c’est la concurrence entre pays, le dumping social, la mise au chômage d’ouvriers français au profit d’ouvriers polonais… Le discours de Macron sur l’alignement total de la France sur l’intégralité des directives européennes, le discours de Macron sur la nécessaire ouverture au marché mondial et les accords commerciaux avec l’Amérique du Nord deviennent tout à coup parfaitement inaudibles…

Même si elle a fait un coup médiatique, même si elle n’apporte aucune solution valable à la crise structurelle que connaît l’économie française, Marine Le Pen a fait aujourd’hui douter des millions de Français. Et si elle avait raison? Et si les solutions préconisées par Macron ne faisaient en réalité qu’aggraver les choses?

Le magicien Hollande va-t-il nous sortir un Deus Ex Machina?

Il y a quelques jours encore, en coulisses, le gouvernement déclarait plancher sur le sujet. Ainsi, le 5 avril dernier, le secrétaire d’État à l’Industrie, Christophe Sirugue, avait indiqué à l’AFP une « quinzaine de marques d’intérêt » pour la reprise du site, majoritairement des candidats français.

Gageons qu’après le coup d’éclat de la candidate désignée comme « l’ennemie à abattre » du « château », Hollande ne va pas tardé à nous sortir un lapin, même en hologramme, afin de pouvoir se prévaloir d’avoir résolu le problème et venir ainsi au secours de son poulain…

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire