RIE III, la tentation de la colère

The following two tabs change content below.
Stéphane Montabert est Français d'origine. Installé depuis 1988 en Suisse, citoyen suisse depuis 2009, il est membre du Conseil Communal de Renens, élu UDC. Stéphane Montabert apporte à MaVieMonArgent un regard, souvent décalé et toujours pertinent, débarrassé des scories de l'ambiance franco-française sur notre propre actualité ou l'actualité européenne.

28623755541Une votation suisse que l’ensemble des Européens ferait bien de surveiller de près…

La campagne pour RIE III est mal engagée. Un dernier sondage gfs.bern donne le Oui en tête à 45% contre 44% pour le Non, avec -5% et +9% respectivement depuis la précédente enquête. L’opposition a donc le vent en poupe. Elle appelle à la mobilisation pour passer l’épaule.

Le sondage montre que les partis de gauche sont très mobilisés. À droite et au centre-droit, seul le PLR convainc ses partisans ; l’UDC et le PDC peinent à rassembler leurs sympathisants. Le duel est donc bien plus équilibré que prévu.

De façon empirique, le rejet envers RIE III semble relever d’une certaine colère ; il suffit de lire les commentaires de mon premier billet en rapport sur Lesobservateurs.ch. La révolte gronde – contre les élites, contre ces multinationales qui exigent et obtiennent des faveurs, contre Économie Suisse, contre ces Conseillers d’État de divers cantons qui viennent pleurnicher, la larme à l’œil, que des magouilles comme les intérêts notionnels sont la bonne solution. Ils tiennent le haut du pavé en matière d’autorité et de moyens, mais leur matraquage continuel finit par être contre-productif. Les gens détestent qu’on leur force la main.

En face, les socialistes et leurs alliés font une campagne efficace. Ils crient contre la baisse des rentrées fiscales, attisent la jalousie, réclament que les riches payent leur écot. Ils passent sous silence que RIE III est le résultat de leurs propres efforts auprès de l’OCDE pour empêcher les pays de disposer de régimes fiscaux spéciaux…

Lisez aussi:  Créer un "Mittelstand" à la française ?

Le pivot de cette campagne tient précisément à cet aspect: avec ou sans RIE III, une réforme fiscale est inévitable. Les socialistes le taisent volontairement et les partisans de RIE III ne parviennent pas à l’expliquer.

Le vote sur RIE III est ambigu car il laisse croire que les Suisses choisissent entre RIE III et rien du tout, ce qui est erroné. En réalité, ils votent pour RIE III et, s’ils refusent, une future RIE IV.

RIE III ne séduit pas, même parmi ceux qui l’acceptent. Mais refuser RIE III ne permettra pas de revenir dans le confortable monde d’avant. Il appartient à un passé révolu, comme les dinosaures. Les règles de l’OCDE ont changé. Refuser cet état de fait revient à mettre la Suisse sur tout un tas de listes noires et à lui faire subir autant de mesures de rétorsion de la part des 34 autres pays membres représentant 80% du PIB mondial.

La question n’est donc pas de voter pour RIE III ou pour le statu-quo, mais de voter pour RIE III ou de sauter dans l’inconnu.

Personne ne sait de quoi sera fait cet inconnu, mais différentes études montrent clairement qu’entre l’incertitude légale et le risque d’une double-imposition, les multinationales quitteront la Suisse en masse et à une vitesse surprenante. Le vieux fantasme de la gauche de saigner les riches entreprises internationales avec le même taux que subissent les PME helvétiques captives ne se concrétisera pas. Elles s’enfuiront avant de passer à la moulinette fiscale.

Une RIE IV aura beau intervenir plus tard, dans la panique, il n’y aura probablement plus grand-chose à sauver. En attendant, les recettes fiscales s’effondreront bien davantage qu’avec l’adoption de RIE III (on parle d’un facteur de x10). Les naïfs qui rejetèrent RIE III pour « maintenir les prestations sociales » risquent de déchanter. Ils seront les premiers à écarquiller les yeux, stupéfaits, mais il sera trop tard.

Lisez aussi:  Mailly, protodiacre du pontificat jupitérien?

Vous en doutez? L’explication est pourtant sous nos yeux – dans RIE III elle-même. D’où sortent les intérêts notionnels, la patent box ou la déclaration des réserves latentes tant décriés par la gauche? Ces techniques ne viennent pas de l’imagination fertile des experts fiscaux de l’administration. Le Conseil Fédéral a tout simplement mis dans la « boîte à outil » des pratiques qui ont lieu, telles quelles, dans d’autres pays de l’OCDE.

Il n’y a aucune mesure inventée par la Suisse dans RIE III – juste un modeste échantillon des techniques employées par des pays concurrents de la Suisse pour attirer des multinationales. Lorsqu’un CEO de multinationale décide de déplacer le siège de son entreprise, il n’a que l’embarras du choix.

Mais qui a besoin de multinationales, me direz-vous? Chassons-les et logeons des migrants syriens dans leurs locaux désaffectés, voilà comment nous assurerons notre prospérité! Nous voilà sortis d’affaire! Les Suisses n’auront pas tué la poule aux œufs d’or, ils l’auront chassée.

Les Suisses sont-ils devenus naïfs au point de penser qu’une victoire de la gauche unie contre la droite unie donnera un résultat économiquement favorable à la Suisse? Au vu des sondages, par esprit de révolte, lassitude et rancœur, certains semblent prêts à tenter ce pari insensé.

Comme dans certaines scènes de ménage, fracasser la vaisselle est peut-être libérateur sur le moment, mais ne laisse qu’un triste champ de verre brisé le lendemain.

Source: Le blog de Stéphane Montabert

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire