Morgan Stanley 4° trimestre 2016

Analyses, Caroussel
The following two tabs change content below.
Jean-Pierre Chevallier est économiste. Ancien professeur d’économie à l’université de Nice, il est spécialiste de politique monétaire et analyste financier indépendant. Il se définie lui-même comme "Business économiste monétariste béhavioriste Analyste financier indépendant, contrarian...

Derniers articles parJean Pierre Chevallier (voir tous)

morgan stanleyDégradation des ratios chez Morgan Stanley au quatrième trimestre 2016

A la fin de ce dernier trimestre, le leverage réel Morgan Stanley (qui fait partie des banques mondiales à risque systémique, Global Systemically Important Banks, G-SIBs) est encore beaucoup trop élevé, à 14,7 correspondant à un ratio Core Tier 1 réel de 6,8 %, en légère détérioration par rapport au trimestre précédent,

comparatif Morgan Stanley 2015-2016
Sommes en milliards de dollars.

Les chiffres retenus ici pour les calculs du leverage sont les actifs tangibles c’est-à-dire les capitaux propres diminués des actions de préférence, du goodwill et des minoritaires selon les règles préconisées par ce bon vieux Greenspan, sans pondérer les actifs, comme c’est le cas avec le ratio Core Tier 1 et comme le préconisent aussi Axel Weber, la BRI (le fameux Bâle I), la Fed, la Prudential Regulatory Authority du Royaume-Uni et la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC).

Il faudrait augmenter les capitaux propres de 22 milliards de dollars pour que Morgan Stanley respecte les règles prudentielles d’endettement édictées par ce bon vieux Greenspan pour obtenir un leverage inférieur à 10.

Lisez aussi:  Pétroliers canadiens, plus de production

Document 2 :

morgan stanley résultats

Les bénéfices de 1,509 milliard de dollars correspondent à un ROE calculé sur le montant des capitaux propres publiés de 8,7 % et de 11,6 % sur le montant des capitaux propres tangibles, ce qui est dans la norme des grandes banques américaines !

La capitalisation boursière est de l’ordre de 82 milliards de dollars (19 milliards supplémentaires après l’élection du Donald, soit + 23 % !) correspondant à un PER de 17,5 qui est considéré comme important mais grâce à un taux de distribution un peu faible même pour une banque américaine à 1,8 %.Morgan Stanley n’a pas rattrapé son cours précédant les grandes turbulences de 2008,

Document 3 :

http://maviemonargent.info/wp-content/uploads/2017/01/morganstanleystocks

Cliquer ici pour lire le communiqué de Morgan Stanley sur la publication de ses résultats de ce dernier trimestre.

Source: Jean-Pierre CHEVALLIER

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire