Libor: suppression du taux interbancaire d’ici 2021

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

Libor, fin annoncée pour 2021Le fameux Libor et ses scandales sont condamnés aux oubliettes, le régulateur britannique vient d’annoncer sa suppression

Le régulateur britannique des marchés a annoncé jeudi la suppression d’ici fin 2021 du célèbre taux interbancaire Libor, qui a fait l’objet de nombreux scandales ces dernières années, de nombreuses banques n’y participant plus.

Le Libor, soit le « London Interbank Offered Rate », a longtemps été un taux interbancaire de référence dans le monde de la finance, ayant une incidence sur une masse énorme de produits financiers dont certains prêts aux ménages et aux entreprises.

Dans un discours prononcé à Londres, Andrew Bailey, le directeur général du gendarme britannique des marchés, le FCA, qui régule le libor, a acté la disparition du Libor.
Il a expliqué que le marché permettant de faire vivre le Libor « n’est plus suffisamment actif », alors que de nombreuses banques n’y participent plus, ce qui « soulève une sérieuse question quant à la pérennité des indices Libor ».

M. Bailey a précisé que le travail devait désormais débuter pour établir des taux de référence alternatifs.

Lisez aussi:  SCPI : des rendements toujours au-dessus de 4%

Utilisé par les grands établissements financiers, le Libor servait jusqu’à présent de référence pour environ 360.000 milliards de dollars de contrats à travers le monde.

Il est décliné pour plusieurs grandes devises, comme le dollar, l’euro, le yen ou la livre sterling. A chaque fois, les taux sont calculés à partir d’un panel de plusieurs banques.

Le Libor, comme son homologue de la zone euro l’Euribor, a fait office de véritable baromètre des marchés pendant la crise financière de 2008. Toute envolée du taux signifiait alors une perte de confiance entre banques qui n’osaient plus se prêter des fonds.

Il a par ailleurs été le symbole des dérives de la finance, ayant fait l’objet de nombreuses affaires de manipulation.
Plusieurs grandes banques ont payé de lourdes amendes comme Deutsche Bank, UBS, RBS ou encore Rabobank, pour des milliards de dollars au total. Un ancien trader des banques UBS et Citigroup, Tom Hayes, a même écopé d’une peine de onze ans de prison.

Source: Challenges en temps réel : Économie

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire