Les voitures de collection

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

les voitures de collections, une diversification de patrimoineParmi les diversification de patrimoine, les voitures de collection restent un des meilleurs placements

Le marché des voitures de collection voit ses prix grimper fortement chaque année. En 2013, le Financial Times dévoilait que ses prix avaient explosés depuis 10 ans, jusqu’à 400% d’augmentation, prenant la pole position loin devant le marché de l’art ou celui des grands crus. En 1977, une Ferrari GTO se vendait 200 000 francs, soit environ 30 500€. Elle vaut actuellement 15 millions d’euros.

Comment choisir sa voiture de collection ?

Bien sûr, la voiture de collection répond aux mêmes lois du marché que tous les produits. Les grandes marques font les grands prix. La rareté fait aussi le prix. L’état, comme dans toute collection, est aussi un critère.

Si vous collectionnez les véhicules par passion plus que dans un objectif de revente, laissez vous emporter par vos coups de cœur. Contrairement à se qu’on croit en général, votre coup de coeur n’est pas unique et d’autres peuvent aussi le ressentir. Votre bien verra donc sa cote monter.

Contrairement à d’autres collections dont nous avons pu vous exposer les avantages dans ces colonnes, les voitures de collection ont la particularité de pouvoir accroître leur valeur indépendamment de leur cote. Si vous achetez une voiture en mauvais état, vous pouvez, par quelques investissements, rachat de pièces, travail personnel si vous maîtrisez la mécanique permettre à votre véhicule de gagner considérablement en valeur de revente. Le fin du fin étant de racheter un véhicule non roulant pour faire de travaux, le rendre soit roulant soit exposable et de le revendre alors.

Qu’est ce qui fait la valeur d’une voiture de collection?

La rareté de la voiture de collection

Le principal critère de valeur est probablement la rareté. L’exemple classique est la Bugatti Royale, construite en seulement six exemplaires, qui se négocie aujourd’hui entre 30 et 50 millions d’euros.

Des voitures moins prestigieuses voient leur cote s’envoler du fait de leur originalité ou de leur beauté. Chez Citroën, par exemple, les plus beaux spécimens de 2 CV et de DS, voitures populaires de Citroën, peuvent se vendre jusqu’à 45 000€, une SM avec son moteur Maserati en état de marche, beaucoup plus.

Lisez aussi:  Location saisonnière Airbnb, la réglementation

L’état général de la voiture de collection

L’état général du véhicule est un autre élément déterminant de la valeur d’une voiture de collection. Il est donc primordial de bien entretenir son véhicule. Un marché de la pièce détachée d’automobiles anciennes est apparu depuis quelques années. Mercedes et BMW ont même mis en place des centres mécaniques spécialisés dans la réparation de leurs vieux modèles.

L’histoire propre de la voiture de collection

Une voiture de collection ayant appartenu à un personnage célèbre ou ayant vécu un événement particulier, comme une course, un accident célèbre, un exploit, un attentat… verra sa cote surévaluée par rapport à une voiture de collection identique ou de même modèle.

L’ancienneté de la voiture de collection

L’ancienneté de la voiture de collection est un critère déterminant de valeur relative. En clair, une voiture qui n’a jamais été aimée du public ne verra que très rarement sa cote grimper à des sommets, par contre les années passant, la différence relative entre sa cote et celle d’une voiture de collection de la même année « appréciée » se réduira.

Bien choisir sa voiture de collection

Pour minimiser le risque de votre placement, il est conseillé de privilégier les petites séries, en particulier les premiers numéros car ils sont mieux cotés. Il est également très important que le véhicule soit conservé dans son état d’origine, sans changement substantiel du châssis, du système de freinage, ou encore du moteur. Le faible kilométrage est une valeur ajoutée.

A noter qu’il existe certaines exceptions pour quelques pépites :

  • si l’automobile a plus de 20 ans mais qu’il s’agit d’une série limitée à 1000 exemplaires
  • si l’automobile a plus de 25 ans mais qu’il reste moins de 2% du même modèle encore en circulation
  • si l’automobile a marqué l’histoire, si elle a appartenu à un personnage connu ou si elle a acquis un palmarès sportif

Les voitures de collection de la période 1950-1970 sont particulièrement recherchées

Le collectionneur se laisse guider par ses souvenirs d’enfance. Il aura tendance à acheter la voiture que ses parents possédaient ou celle qui le faisait rêver quand il était enfant.

Le collectionneur moyen a généralement entre 45 ans et 65 ans. Il n’est donc pas étonnant que les voitures des années 1950 à 1970 soient les plus prisées.

Investissez à moyen terme dans une voiture de collection récente

Trop vieux pour intéresser les concessionnaires, mais encore trop récents pour attiser l’intérêt des collectionneurs, c’est le moment d’investir dans les modèles des années 1980.

Ces « youngtimers », terme inventé par les allemands, sont les modèles de collection de demain. Leur cote est encore basse. Souvent en très bon état d’origine, leurs moteurs restent fiables. Vous pourriez même les utiliser au quotidien. La Peugeot 205 GTi est la plus recherchée des nostalgiques des années 1980.

Lisez aussi:  Location saisonnière Airbnb, la réglementation

Nous assistons d’ailleurs ces dernières années à l’arrivée de nouveaux acheteurs internationaux et surtout de jeunes trentenaires hommes ou femmes.

Comment et où acheter une voiture de collection?

Mieux vaut oublier les concessionnaires classiques. Vous avez le réseaux des spécialistes de voitures de collection. Certains se consacrent à une marque en particulier, d’autre à une époque, mais tous vous parleront en expert et leur fréquentation vous apprendra beaucoup. Par contre, leurs prix sont souvent plus élevés que ceux du marché.

Les ventes aux enchères peuvent être le lieu de bonnes affaires, notamment pour les voitures de collection récentes que nous évoquions plus haut. Seul inconvénient : vous ne pourrez pas essayer le modèle avant achat. Le moteur est démarré devant vous, mais la voiture reste immobile.

La vente entre particuliers, via les petites annonces, dans les journaux ou sur internet, est une autre piste. Vous y trouverez de tout, donc soyez préparés à faire un gros travail de recherche. Ne vous précipitez pas à l’achat : vérifiez les prix et comparez-les à ceux du marché. Cette source est particulièrement prisée de ceux qui connaissent déjà le marché ou qui ont des ressources de remise en état car les particuliers vendent rarement des voitures de collection en bon état sous la cote.

Les salons spécialisés comme le salon Rétro Mobile de Paris, ou les manifestations régulières, expositions ou « rallyes » qui fleurissent à partir du printemps sur les routes de France.

Les voitures de collection bénéficient d’un régime fiscal avantageux

Tout véhicule de collection bénéficie d’une fiscalisation attractive :

  • Pour l’administration fiscale, un véhicule est dit « de collection » s’il a plus de 30 ans. Vous devrez effectuer un contrôle technique de votre véhicule tous les 5 ans.
  • Lors de la revente du véhicule, vous êtes soumis au choix à l’imposition de la plus-value au régime général ou à une taxe forfatiare de 5% sur le montant totale de la transaction. Vous êtes exonéré si la transaction est inférieure à 5 000€, ou si l’acheteur est un musée.
  • Taux de TVA réduit à 5,5% (ou à 0% pour un véhicule importé d’un pays de la Communauté Européenne).
  • Exonération des droits de douanes.
  • Les véhicules de collection n’entrent pas dans le calcul du patrimoine pour l’ISF. 

One thought on “Les voitures de collection

  • Voici quelques années, j’avais trouvé, dans une grange bien cachée sous la paille, la voiture du maréchal KEITEL (Je résume les circonstances). Selon le propriétaire, cette voiture lui avait été volée, en Alsace, par des FFI, en 1944. Ces courageux FFI l’avaient peinturlurée, sur le toit et sur les portes avec des sigles FFI, pour éviter la chasse par les avions anglais. ROMMEL avait été la victime sur les routes de Normandie de cette chasse. Ces résistants alsaciens sont tous morts lors de la contre-attaque des Ardennes. Personne, sauf le vieux grand père qui possédait cette grange fermée depuis la mort de son fils au combat, n’a pu m’apporter des détails sauf que son fils lui avait interdit d’ouvrir cette grange ; il est mort. Mais il s’agissait d’une CHEVROLET de 1935 achetée par la WEHRMACHT en 1940 aux frères FRITZ et HANS SCHLUMP qui ont témoigné de l’authenticité, eux qui collectionnaient des voitures. La voiture a été identifiée par des films d’actualité allemands réalisés lors d’un défilé à PRAGUE. Même plaque inchangée. Les sites de vente ont considéré que ce n’est pas une voiture de collection, que c’était un objet nazi; alors que KEITEL n’était pas de cette secte. C’est KEITEL qui a signé la reddition de l’Allemagne. Mon fils allemand l’a récupérée et mise en pièces détachées.Je ne connais pas la suite.

Laisser un commentaire