Les Sables-d’Olonne, « ensablée » dans les emprunts toxiques

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

La parité Euro/Franc Suisse plombe certaines collectivitésVoici un exemple concret de l’impact de la nouvelle parité €/FS sur la dette de certaines collectivités;

Où en est la Ville avec ses emprunts toxiques ?
Elle n’en est pas sortie ! Il y a encore presque un quart d’emprunts à risque dans les finances de la Ville. Le détail ? La dette globale s’élève à 47 millions d’euros. Presque la moitié (22 millions) est constituée d’emprunts structurés, c’est-à-dire à taux variables. Quatre, pour un montant de 10,7 millions, sont considérés comme toxiques. Ils atteignent le risque maximal dans la charte « Gissler », utilisée pour les classifier.

Les autres emprunts présentent un risque moins élevé, mais restent à surveiller. Comme beaucoup de collectivités, la commune a signé la plupart de ces contrats, avant la crise financière de 2008. « Aujourd’hui, on ne souhaite pas que ce risque continue de peser sur les Sablais, commente Yvan Kervenka, conseiller municipal délégué aux finances. C’était un engagement de campagne : renégocier dans les deux ou trois ans. »

Quel danger cela représente-t-il ?
« Une épée de Damoclès au-dessus de la tête », ne cache pas Yvan Kervenka. Le plus important concerne 7,3 millions d’euros à rembourser dans les 23 ans, auprès de la Sfil. C’est une nouvelle banque publique, ayant récupéré les contrats les plus dangereux de Dexia.

Lisez aussi:  Bilan de la Fed: l'heure est à la réduction

Le problème ? Un calcul d’intérêt très complexe, lié, en gros, à la différence de cours entre l’euro et le franc suisse. « Cela change du jour au lendemain. Impossible de savoir ce qu’on devra payer dans quelques années. »

Jeudi dernier, le contexte s’est, en plus, subitement emballé : la Suisse a décidé de mettre fin au plancher qui arrimait son franc à l’euro. Son cours s’est envolé ! Sombres menaces…

Les trois autres prêts, dont deux avec la Caisse d’épargne, sont liés au dollar ou à l’indice Libor, pour des sommes allant de 250 000 € à 2,6 millions.

Des prêts ont-ils déjà été renégociés ?
Oui. Au printemps, un premier prêt de 4 millions avec Dexia a été « désensibilisé ».

Comment ? « J’avais un levier, résume Yvan Kervenka. C’était l’emprunt que nous étions autorisés à prendre pour le budget 2014, d’1,8 million. Cela entre dans les discussions. »

Le contrat à risque est passé à taux fixe. 4,70 % d’intérêt : « Ce qui comprend les pénalités que nous avons dû payer. Elles ont tout de même été abaissées de 1,6 à 1,3 million », se satisfait l’élu.

Y a-t-il d’autres contacts avec les banques ?
Pour le prochain budget, rebelote. Un autre prêt est nécessaire, d’1,7 million. « Moins que la moyenne du précédent mandat, rappelle Yvan Kervenka. Nous avons souhaité diminuer l’endettement. »

L’élu compte tenter une nouvelle négociation. « Notre directeur des finances va refaire une « tournée » des banques pour connaître leurs offres », annonce-t-il. Son objectif ? « Réussir, au moins, à scinder en deux le plus gros morceau cette année. Pour tout avoir « soldé » dans deux ans… »

Lisez aussi:  Bilan de la Fed: l'heure est à la réduction

La Ville peut-elle bénéficier d’aides de l’État ?
C’est un autre espoir. Un fonds de soutien national a été créé. Les modalités pratiques ont été publiées mi-novembre, et le délai pour postuler a été repoussé de mars à fin avril. « On a rempli un dossier », indique l’élu.

Les demandes seront étudiées dans les prochains mois par une commission nationale. « Rien ne dit que l’on ne sera retenu. »

L’aide maximale est de 45 % de l’indemnité payée à la banque. En moyenne, elle pourrait tourner autour de 25 %, a indiqué récemment un haut fonctionnaire. « On ne sait pas quelle somme on pourrait percevoir. Dans tous les cas, ce ne serait pas un cadeau mais la compensation d’une perte ! »

Source: www.entreprises.ouest-france.fr

Commentaire de Thibault Doidy de Kerguelen
Une situation qui n’est pas facile à gérer pour les élus qui se retrouve avec ce « bâton mer… » à gérer. Les élus ne communiquent pas suffisamment sur le sujet. Les électeurs français ne sont pas mûrs et continuent trop souvent à faire confiance aux démagogues qui leur font croire qu’on peut « raser gratis ».Cette situation devrait être exploitée pour faire un énorme travail pédagogique!!!

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire