Les Français ne condamnent pas le travail dissimulé

Actualité du patrimoine
The following two tabs change content below.

Vinci emploie des travailleurs au oir sur le chantier du métroPrès de 40% des Français reconnaissent avoir travaillé au noir et sont donc particulièrement tolérant à l’égard de la chose

Même Vinci se fait épingler

Régulièrement, des entreprises sont épinglées pour employer des personnes sans les déclarer. Dernier cas en date: Vinci Construction. Un sous-traitant peu scrupuleux d’une filiale du géant français du BTP a fait travailler, sans contrat ni salaires pendant des mois, une vingtaine d’ouvriers sur un chantier de la station de métro Châtelet-Les Halles à Paris. Après une grève de plusieurs jours et la médiatisation de l’affaire, les ouvriers concernés ont été régularisés, embauchés en CDD ou CDI par Vinci. Le PDG du groupe, Xavier Huillard, a promis d’être «plus vigilant». «Oui évidemment nous ne sommes pas fiers de cette affaire, oui c’est absolument inacceptable

Selon le Crédoc, 39% de la population reconnaît avoir travaillé de manière dissimulée

Le travail dissimulé (ou travail au noir), qui constitue une fraude aux cotisations sociales, est pourtant, aux yeux des Français, une pratique plutôt acceptée. D’après une enquête du Crédoc publiée début février, 30% considèrent que le travail dissimulé est un comportement toléré et acceptable et 39% pensent qu’il est acceptable de faire travailler quelqu’un sans le déclarer. Autre enseignement de ce sondage, 39% de la population interrogée reconnaît avoir travaillé de manière dissimulée au cours du mois dernier et 8,6% entre 2012 et 2015. Le fait qu’un employeur ne déclare pas son employé est une infraction au code du travail qui peut être passible de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende, selon les cas.

Lisez aussi:  Le dieselgate touche Renault

En juillet 2015, avec quatre autres sociétés, le groupe Bouygues a été condamné en correctionnelle à 25.000 euros d’amende pour avoir employé au noir quelque 460 ouvriers polonais et roumains sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville entre 2008 et 2012. Les ouvriers «auraient dû être déclarés en France. Ils ne l’étaient pas», avait résumé le procureur de la République de Cherbourg à l’annonce des poursuites en juillet 2014. Dans le secteur du transport aérien, la compagne irlandaise à bas coût Ryanair est soupçonnée d’avoir employé des salariés à l’aéroport de Marseille entre 2011 et 2014 sous statut irlandais, sans respecter le droit français. Mise en examen dans cette affaire en janvier, elle avait déjà été condamnée en 2014 à 8 millions de dommages et intérêts pour des faits similaires.

Le bâtiment s’est doté d’une carte d’identité professionnelle

Pour faire face à ces pratiques, le secteur du BTP s’est doté depuis un an d’une carte d’identité professionnelle obligatoire. En cas de contrôle de l’Inspection du travail, les ouvriers du bâtiment doivent présenter aux autorités ce document, certifiant qu’ils sont bien déclarés. Cette carte professionnelle existe depuis 2006, mais était jusque-là facultative. Elle comporte le nom, prénom, date de naissance et photo de son titulaire et garantit que le détenteur est régulièrement déclaré par son employeur.

Régulièrement pointé pour travail dissimulé, le secteur du bâtiment n’est pas le seul concerné. D’après l’enquête du Crédoc, ce sont les services à la personne qui seraient le premier secteur dans lequel se pratique le travail dissimulé. 27% des travailleurs non déclarés exercent dans les services à la personne. Dans le même temps, 20% des utilisateurs des services à la personne reconnaissent avoir recours à des employés non déclarés (pour la garde d’enfants dans 42% des cas).

Lisez aussi:  Le Livret A aimé des Français

D’après Les Echos, les montants des prélèvements sociaux afférents à ces emplois dissimulés s’élèveraient entre 6,1 et 7,4 milliards d’euros par an. Ce qui veut absolument pas dire qu’il s’agit d’un manque à gagner pour les organismes collecteurs, puisque si aucune possibilité de frauder existait, la plupart de ces emplois n’existerait pas.

* Cette enquête du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) a été réalisée en face-à-face en juin 2015, auprès d’un échantillon de 2 004 personnes de 18 ans et plus, vivant en France, selon la méthode des quotas.

Source: LE FIGARO – Le Figaro Economie – Actualité économique et financière, conseils en gestion de patrimoine

Avez vous lu ces articles?

One thought on “Les Français ne condamnent pas le travail dissimulé

  • … eh, oui… il y a travail et travail!

    A tout vouloir tout marchandiser on constate que l’humanité est devenue un univers concentrationnaire !
    A quand un salaire pour avoir fait traverser la rue une vieille dame ou lui porter son cabas dans l’escalier? garder les enfants du voisin qui rentre tard? aider a faire ses devoirs au petit cousin… ou emmener a tour de rôle les enfants a l’école?

    ah, non, vous parlez de « travaux », comme repeindre la chambre des petits ou retirer les mauvaises herbes de l’allée du jardin…

    On touche là au frontière de l’humanité, quand allez vous me payer pour que je lise les blogs, le votre ou d’autres et surtout que je paye les charges sociales correspondantes ???

    Bouygues utilise des travailleurs non déclares, c’est immoral et punissable. Ce que j’ai décrit ci-dessus n’est que le fonctionnement normal de l’humanité y compris s’il y a défraiment et il n’y a pas de travail au noir dans ce cas, sauf si c’est une entreprise.

Laisser un commentaire