Le ministre Benoît Hamon interdit les « cartes confuses »

Actualité du patrimoine
The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Benoît Hamon, ministre délégué à l'économie sociale et "solidaire"La confusion des genres serait source de surendettement

Bon nombre d’enseignes, et pas seulement de la grande distribution, ont mis en place des cartes de fidélité qui sont aussi cartes de paiement et aussi cartes des crédit. Lorsque vous passez à la caisse, vous êtes obligés de sortir votre carte pour cumuler vos « avantages ». Tant qu’à faire, vous pouvez payer soit comptant, soit à crédit. C’est ce qu’on appelle des « cartes confuses ».

Un projet de loi sera déposé début 2013

Poursuivant la réflexion engagée par Christine Lagarde qui avait déjà légiféré en la matière, le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, probablement conseillé par les mêmes collaborateurs que l’ex-ministre sus nommée, a annoncé hier, mercredi 28 novembre, que le futur projet de loi sur la consommation présenté début 2013 proposerait de découpler cartes de fidélité et cartes de crédit. Le ministre s’est dit persuadé que cette confusion était source de surendettement. Monsieur Hamon a fait cette déclaration en réponse à une question de la députée socialiste Christine Pires Beaune (Puy-de-Dôme). Autre annonce faite mercredi par Benoît Hamon, la possibilité pour les agents de la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) d’effectuer des « visites mystère » afin de s’assurer, sur le terrain, du respect de la loi.

Lisez aussi:  Eurazeo peaufine sa relance de Malabar, Carambar, Krema, Poulain et d'autres marques françaises

Pas de fichier « positif » pour l’instant

Par contre, concernant la création du registre national des crédits aux particuliers, aussi appelé fichier positif, le ministre délégué a affirmé que le gouvernement réfléchissait à sa réalisation, sans plus de détails. Il semblerait en fait que la consultation réalisée par le ministre auprès des associations concernées ait été globalement négative et que Monsieur Hamon, bien que pressé par son administration, n’ait pas très envie d’aller à l’encontre de l’avis des représentants.

[tell-a-friend id= »1" title= »Faites suivre »]

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire