Le marché de l’immobilier stagne

Actualité du patrimoine
The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Un marché qui s’écroule en volume et qui ne bouge pas en valeur….

Le Crédit Foncier Immobilier a publié mardi son étude sur l’évolution du marché de l’immobilier en France. Dans un contexte de crise et d’attentisme des ménages, le marché immobilier résidentiel est qualifié dans cette analyse par « une baisse des volumes et une stabilité des prix en trompe l’œil ».

Les transactions dans l’ancien connaissent un repli de 9 % sur un an, soit 20 % en deux ans! Une vraie catastrophe pour les professionnels. Avec les chiffres désastreux du marché du neuf, c’est l’ensemble du marché immobilier qui est en complète atonie en France. Les primo accédants ont disparu, les foyers aux revenus « moyens » ont perdu leur pouvoir d’achat, soit par un changement de situation professionnelle, soit par des charge incompressibles (notamment fiscales) qui ne les rendent plus finançables.

Les prix ont « inégalement résisté » en Ile-de-France. Certains arrondissements de Paris connaissent un léger repli de 1,1 % sur un an, tandis que la petite couronne francilienne connait quant à elle une évolution modérée (+ 0,3 %). Les prix se sont stabilisés (+ 0,4 %) aussi en province.

Lisez aussi:  L'habitat participatif, nouvel avatar du socialisme

Cependant, cette « apparente résistance » des prix masque une forte disparité. Les acquéreurs sont devenus plus sélectifs. Les biens présentant des défauts (localisation peu prisée ou faible qualité du bien, etc) peuvent connaître des décotes importantes, voire pour certains connaître un blocage complet.

[tell-a-friend id= »1" title= »Faites suivre »]



banner Image Banner 468 x 60

Avez vous lu ces articles?

7 comments

  • Si le volume des constructions diminue, c’est effectivement une vraie catastrophe sauf… si le parc existant est a même d’absorber la population, car dans ce cas là, cela devient une optimisation, qui comme son nom l’indique est le contraire d’un gaspillage!

    Maintenant que le « marché » en valeur stagne ou bien diminue, cela reflete le pouvoir d’achat des français et c’est une extreme bonne chose. Cela veut dire 1) que les biens collent a la realité economique et 2) que si tous les responsables economiques ont envie de voir ce marché remonter il faudra qu’ils accordent plus de pouvoir d’achat en ajustant – plutot a la baisse – le prix de leur service et/ou ameliorent le salaire de ceux qui les produisent…

    Pour l’accentuation de la difference entre les biens de qualité et les biens de moins bonne qualité, quoi de plus normal qu’il y ait une sanction economique? Ce qui etait anormal, c’est qu’une m… a Paris coute cher seulement parce qu’elle etait dans les mains de vendeurs irresponsables. Cette constataion que vous citez est une realité dans ma region depuis la reprise de fin 1998 et c’est tres bien.

    En clair et en bref, nous constatons que le marché est a l’image de la nation, atone et de plus en plus realiste, il y a moins de place pour les marchands sans foi ni loi.

    J’aurais aimé qu’au lieu de parler de « catastrophe pour les professionnels » vous parliez d’ajustement economique, apres tout la libre concurrence est bien basée sur la taille du marché, non? le marché se reduit, des professionnels disparaissent, seuls les meilleurs resistent! Darwin en somme!

    Bonne journée

    • Bonjour Hélios,

      Votre première affirmation « Si le volume….. » est purement théorique, n’est ce pas? Il manque un petit peu plus d’un million de logements en France pour stabiliser le marché. Le gouvernement s’était engagé à en construire 500 000 par an, espérant en cinq ans rétablir une bonne partie du problème. Mais voilà, la politique menée par son ministre atteint exactement le résultat inverse…

      Votre seconde affirmation révèle, me semble-t-il, une certaine méconnaissance à la fois du sujet et des mécanismes économiques. Vous dites que le fait énoncé dans l’article à savoir que le marché plonge en volume et stagne en valeur est une « extrême » bonne chose!!!! Hélas non, c’est au contraire une très mauvaises chose, car, comme je le précise dans l’article, cela est révélateur de la paupérisation des acheteurs, de l’impossibilité aux jeunes couples de devenir propriétaires, du ralentissement de la mobilité géographique du au chômage, bref c’est révélateur de beaucoup de choses SAUF du reflet du pouvoir d’achat des Français… Et justement, si sur tous les forums, sur ce site et dans les débats je tiens depuis plusieurs années le discours contrariant sur l’évolution des prix, si tous les pseudos spécialistes vous annonçaient depuis plusieurs années l’éclatement de la bulle immobilière en France et que je j’affirme le contraire, c’est justement parce que le déficit d’offre par rapport à la demande est le facteur qui maintient les prix à leur niveau élevé. Enfin, le souci votre point 2) laisse à penser que l’économie est pilotée par la volonté de quelques « décideurs » qui appuient sur tel ou tel bouton pour faire baisser un prix ou augmenter un pouvoir d’achat… Vue erronée, presque léniniste, d’une alchimie beaucoup plus subtile faite d’équilibres et d’échanges.

      Le passage concernant les biens présentant des défauts est là pour attirer l’attention non sur un jugement de valeur, comme vous semblez l’avoir lu, mais sur le fait qu’ils ne partent pas, même avec une assez grosse décote, ce qui est révélateur d’un marché sur lequel seuls opèrent des clients exigeants disposant de moyens importants.

      « En clair…. » Qu’entendez vous par là? Que les promoteurs sont des marchands sans foi ni loi? Croyez vous que tous les professionnels qui se plantent aujourd’hui, mettant des milliers d’employés au chômage, laissant des millions d’euros d’ardoises chez les sous traitants, des millions d’ardoise dans les comptes sociaux, des millions d’ardoises d’impôts et taxes qui ne seront pas perçus sont tous des marchands sans foi ni loi? Qu’est ce que ce jugement de valeur vient faire là dedans? Si des escrocs, que je n’ai pas hésité à dénoncer dans mes articles si vous voulez bien vous donner la peine de les relire, ont évolué dans le marché de l’immobilier et que celui-ci n’est plus rentable pour eux, ils évolueront demain dans un autre secteur.. Partout où il y a de l’argent qui circule, vous avez des escrocs pour en capter une partie. Nous l’avons vu récemment avec les énergies renouvelables, nous l’avons hier avec les investissements en outre mer, avec les investissements en résidences de loisir etc etc… Associer une profession à ces escrocs est une erreur et une faute.

      Ajustement économique? Mais vous plaisantez! Il n’y a pas marché plus régulé que celui de l’immobilier en France! Et avec la Duflot, la réglementation prend maintenant des proportions soviétissimes! Allons y pour l’ajustement économique! Libérons le marché de l’immobilier, et à n’en pas douter, nous verrons alors l’offre grandir et les prix descendre… Et vous savez quoi, avec l’accroissement de l’offre, il faudra minimum une dizaine d’années pour stabiliser le marché. Dix ans l’embauches, d’emplois, de recettes fiscales et sociales, de baisse des prestations sociales… En France, quand le bâtiment va, tout va! … Vous vous souvenez?

      Quant à Darwin, il n’était pas économiste et sa théorie, pour intéressante qu’elle soit, a tout de même été suffisamment prise en défaut en biologie (science naturelle) pour qu’on ne s’amuse pas à l’extrapoler au domaine anthropic…

      Cordialement,

      Thibault

Laisser un commentaire