Le droit acquit à l’augmentation de salaire est acté!

Analyses
The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

égalitarisme raymond aronDans sa folie de soviétisation de l’économie française, la Cour de Cassation impose de justifier la non augmentation d’un salarié!

Création du délit de « discrimination salariale »

Désormais les entreprises devront justifier l’augmentation, mais également, la non-augmentation d’un salarié, chiffres à l’appui. A l’origine de ce changement, un arrêt de la Cour de cassation du 6 mai 2015 qui donne raison à un cadre d’un centre hospitalier qui n’avait pas obtenu d’augmentation, contrairement à ses collègues. Son employeur lui reprochait les mauvaises performances de son service. Et bien le dit employeur, qui très probablement se croyait, le fou, maître chez lui,  a été condamné à verser à son salarié la somme de 3 000 euros à titre de dommages-intérêts pour « discrimination salariale ».

Sans arguments objectifs, augmentation obligatoire..

Les idiots, prêcheurs de l’égalitarisme socialiste (les mêmes qui enseignent à nos enfants que le darwinisme n’est pas une théorie mais la vérité…) se réjouissent de cet cet arrêt: «  les augmentations ne peuvent plus être faites à la tête du client », s’exclame Eric Rocheblave, avocat « spécialiste » du droit du travail.

Lisez aussi:  Exception culturelle? Votez Macron et dites lui Adieu!

La notion d’argument objectif implique la notion de  « quantification ». Cela veut dire, comme nous l’explique ce même avocat,  que « L’argument de la performance n’est pas recevable car, sans chiffres précis, il est subjectif. Un employeur ne peut pas non plus reprocher un mauvais encadrement ou l’insatisfaction d’un client à son employé pour lui refuser une augmentation ».

Vers une fonctionnarisation générale de l’économie

Nous voyons bien, alors que le compte pénibilité se met en place, que malgré les beaux discours « cache sexe » de Monsieur Macron, les socialistes n’ont toujours rien compris à l’économie, à la nécessité de compétition, de concurrence pour l’accomplissement de progrès sans lequel, comme nous l’ont démontrés les pays communistes, il n’existe que régression. La logique de nos idéologues nous conduit tout droit vers un statut unique de l’employé calque sur celui du fonctionnaire avec des perspectives de revenus limitées, des augmentations et de l’avancement automatiques non liés à des contingences de réussite ou de performance. Après cela, ils ne comprendront toujours pas pourquoi ceux qui se lancent dans la création d’entreprises et dont la réussite dépendra de l’engagement et de la compétence de leurs collaborateurs et, de facto, de la valorisation de cet engagement, n’auront d’autre choix que d’aller s’installer ailleurs qu’en France!!!!!

Avez vous lu ces articles?

4 comments

  • Cher ami

    Chez Rhone Poulenc années 1987-1997, toute personne qui n’avait pas reçu d’augmentation pendant trois ans, son chef de service devait se justifier auprès du DRH. Inutile de dire que tout le monde en avait.
    Cela fait des années que le socialisme rôde

  • … enlevons les oeilleres! Les augmentation de salaires ont trois objectifs :
    -1- adapter les salaires a l’evolution economique et notament la repartition des besoins de la population… – la consommation de télecom a augmenté notablement, si on veut que les salaries en consomme, soit on baisse les prix, soit on augmente les salaires…
    -2- palier au mecanisme d’inflation, mais surtout ajuster le salaire a l’offre professionnelle de marché – on a pas besoin d’aiguiseur de couteau, mais on a besoin d’informaticiens, pour en trouver il faut augmenter leur salaire, sinon ils partent…
    -3- enfin on remercie les « bons » professionnels, quelles qu’en soient les raisons.

    Si la loi de marché, la vraie, celle qui arbitre les couts et que toutes les entreprises se targuent de suivre, les salaires devraient augmenter « naturellement » pour repondre aux point1) et 2) au moins.

    Mais cela ne se passe pas comme ça, et quand un systeme ne fonctionne plus, il faut que l’etat qui est là pour reguler les anomalies s’en mêle.

    …Les entreprises n’actualisent pas les salaires pour gommer l’inflation, par contre elles savent augmenter les produits directement ou indirectement en « soi-disant » ameliorer la qualite… et surtout recuperer le « reste a consommer » des salaries – il ne faut pas qu’il y ait d’economies possibles… et c’est institutionnel puisque le credit est là pour cela.

    …les entreprises n’actualisent pas les salaires pour garder le salaries, leurs objectifs n’est pas d’avoir un surplus de moyen de production, mais un deficit qui est, dans pratiquement tous les cas, absorbé comme surcharge, par les salaries en place… et ceux qui ne sont pas contents s’en vont puisque le marché du travail est abondant, le chomage alimenté par des importations de travailleurs – elles trouvent même des salaries a egalité de competences moins cher puisque avoir un boulot est devenu un combat permanent… dans ce sens là, la loi du marché fonctionne!
    L’etat a du même installer un smic pour qu’il n’y ait plus d’exploitation de l’être humain qui en travaillant tout son temps n’a plus les moyen de survivre.

    … enfin les entreprises doivent bien remercier leurs « bons salariés, mais cela doit se faire a mon avis de façon très différentiée.. et là, c’est la vrai valeur ajoutée du couple entreprise/salarié qui rentre en ligne de compte. Admettons que l’etat n’a pas en s’en meler, c’est tres clair.

    en resumé, si les entreprises respectent leur part « sociale », au sein du tissu economique qui les fait vivre, a travers les points 1 et 2 plus haut, l’etat n’aurait pas besoin de sovietiser les systeme de rémuneration.
    Elles n’ont qu’a s’en prendre qu’a elle même.

Laisser un commentaire