Le Dow Jones dépasse pour la première fois 20.000 points

The following two tabs change content below.

Dow Jones dépasse les 20 000 pointsEt Pan! sur le bec de ceux qui prévoyaient l’effondrement des marchés en cas de victoire de Trump!!

Le Dow Jones a franchi mercredi, pour la première fois, le cap des 20.000 points dès l’ouverture à Wall Street, grâce à un regain de confiance sur la politique économique de la présidence Trump.

Vers 15H10 GMT, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 138,54 points, soit 0,70%, à 20.051,25 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, s’adjugeait 40,35 points, soit 0,72%, à 5.641,30 points. L’indice élargi S&P 500 montait de 13,72 points, ou 0,60% à 2.293,79 points.

Les trois indices évoluaient à des records en cours de séance.

Après avoir hésité depuis plus d’un mois, l’indice phare de Wall Street a finalement passé cette barre symbolique moins d’une semaine après l’investiture de Donald Trump vendredi.

« Les marchés mondiaux balayent leurs craintes politiques au milieu d’un flot de décisions du président américain, Donald Trump, pour sa première semaine au pouvoir afin d’appliquer les mesures promises au cours de sa campagne », ont résumé les courtiers de Charles Schwab dans une note.

Quant au marché obligataire, traditionnelle valeur refuge, il baissait, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montant à 2,498%, contre 2,463% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,0775%, contre 3,048% précédemment.

Lisez aussi:  Taxe sur les dividendes : Eckert réagit

Parmi les décisions remarquées par les marchés, le nouveau président a signé mardi les décrets relançant la construction de deux oléoducs controversés.

« Ce décret n’a pas été une surprise, il est cohérent avec les discours de campagne, cependant, c’est un rappel, pour un marché apathique, des encouragements du gouvernement Trump en faveur d’une hausse de l’activité économique aux Etats-Unis« , a indiqué Patrick O’Hare, de Briefing, dans une note.

Wall Street, qui faisait du sur-place depuis mi-décembre, a repris sa tendance à la hausse qui avait marqué la période post-électorale grâce aux promesses de relance budgétaire, d’allégements des réglementations et de baisses d’impôts.

Autre facteur psychologique, les investisseurs ont peur de ne pas profiter d’une nouvelle hausse alors que la majorité d’entre-eux n’avait pas anticipé la hausse ce bond consécutif à l’élection, a avancé Patrick O’Hare.

Dans l’immédiat, les marchés faisaient peu de cas des risques protectionnistes et de la volonté du président américain de renégocier certains accords commerciaux.

Selon les médias américains, Donald Trump pourrait prendre dès mercredi les premières décisions concernant l’immigration, alors qu’il a promis de bâtir un mur entre son pays et le Mexique.

Mardi, la Bourse de New York avait déjà nettement monté: le Nasdaq, en hausse de 0,86%, et le S&P 500 avaient terminé à des records. L’indice vedette Dow Jones Industrial Average avait pris 0,57%.

– Alcoa monte –

Parmi les valeurs du Dow Jones, l’avionneur Boeing a annoncé mercredi qu’il allait livrer plus d’appareils en 2017 qu’en 2016 et a fait part de résultats trimestriels meilleurs qu’attendu. Son titre montait de 3,02% à 165,40 dollars.

Lisez aussi:  Livret A : un coup de mou en septembre

Le conglomérat industriel United Technologies (UTC) reculait en revanche de 2,28% à 109,33 dollars. Le fabricant des ascenseurs Otis et des moteurs d’avions Pratt and Whitney, a confirmé ses prévisions pour l’année en cours mais a vu son bénéfice net reculer d’un tiers en 2016.

L’équipementier en télécoms américain Cisco a annoncé son intention de payer 3,7 milliards de dollars pour racheter une start-up qui était censée se lancer en Bourse cette semaine et avançait de 0,77% à 30,84 dollars.

Hors de l’indice vedette, le producteur d’aluminium et de bauxite américain Alcoa a annoncé une perte nette trimestrielle, la première depuis son indépendance en novembre, due à des fermetures de raffineries et des dépréciations d’actifs. Il parvenait toutefois à prendre 1,99% à 38,25 dollars.

Source: Challenges en temps réel : Économie

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire