L’Amérique au bord du gouffre…..

Actualité du patrimoine
The following two tabs change content below.
Jean-Pierre Chevallier est économiste. Ancien professeur d’économie à l’université de Nice, il est spécialiste de politique monétaire et analyste financier indépendant. Il se définie lui-même comme "Business économiste monétariste béhavioriste Analyste financier indépendant, contrarian...

Derniers articles parJean Pierre Chevallier (voir tous)

Pluie de dollars

Oui, mais en haut et elle nous regarde qui sommes en bas….

Ce qu’on voit, à partir des statistiques et données officielles, c’est une Amérique prospère.

Ce qu’on ne voit pas, c’est la réalité que vivent les Américain(e)s qui n’ont plus rien à se mettre sur le dos (et plus grand-chose à se mettre ailleurs), même en plein hiver, pourtant rigoureux cette année,

Document 1 :

Les prix des denrées alimentaires et des boissons augmentent vertigineusement, l’eau est même hors de prix à cause de la pollution engendrée par l’exploitation du gaz de schiste,

Document 2 :

Les Américain(e)s qui ont faim et soif tirent la langue,

Document 3 :

C’est la triste réalité.

L’Amérique est au bord du gouffre.

En haut du gouffre, et que voit-elle en bas, au fond du gouffre ?

La vieille Europe continentale, au fond du gouffre avec des taux à zéro voire négatifs !

Le 16 avril, les rendements du Bund ont battu leur plus bas record, et il en est encore de même le matin du 17 avril…

Document 4 :

Lisez aussi:  e-commerce en totale progression

Le Bund et le Schatz sont sur une tendance lourde et longue baissière,

Document 5 :

Leur écart plonge à un plus bas historique, indépendamment du QE des Marioles de la BCE (cet écart a d’ailleurs eu tendance à stagner lors des premières semaines de ce QE),

Document 6 :

Les rendements des bons des Trésors ne sont pas déterminés par l’offre et la demande : ce sont l’offre et la demande qui se positionnent en fonction des anticipations logiques des bons spéculateurs sur les niveaux relatifs et significatifs des taux.

Lorsque l’écart entre les bons à 10 ans et à 2 ans plonge vers zéro, et même en territoire négatif, cela signifie que la banque centrale va relever (ou a relevé) ses taux de base pour ralentir une croissance trop forte et inflationniste.

Un écart (entre les bons à 10 ans et à 2 ans) tendant vers zéro alors que la croissance et l’inflation sont à zéro est hors normes, du jamais vu,

Document 7 :

C’est le résultat de cette création monétaire qui a provoqué une hypertrophie de l’ordre de 4 500 milliards d’euros dans la zone euro dans l’agrégat M1.

La situation n’est plus maitrisable dans la zone euro… depuis un certain temps, comme ce fut le cas au Japon (avec une hypertrophie en M3-M2) et comme c’est aussi le cas en Chine en M2.

Comme l’argent est resté sain aux Etats-Unis, la croissance et l’inflation sont presque dans les normes, mais à des niveaux inférieurs à ce qu’ils devraient être à cause de la faiblesse de la croissance dans la vieille Europe continentale et en Asie due à la création monétaire qui s’y est développée,

Lisez aussi:  Chômage: Bonnet d'âne pour la France socialiste

Document 8 :

Les rendements des mauvais bons du Trésor français ont encore battu hier 16 avril leur plus bas record,

Document 9 :

Pour l’instant, tout va bien.

L’avenir proche s’annonce tourmenté.

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire