La SNCM attaque Corsica Ferries

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)


La bêtise triomphe, parfois, de la raison…

Face à une situation inextricable et alors que ses marins en grève bloquent ses bateaux, la SNCM s’attaque à sa concurrente low-cost, la compagnie franco-suisse Corsica Ferries, à l’origine de ses condamnations à rembourser 440 millions d’aides d’État. «Corsica Ferries, en dévoyant le système de l’aide sociale aux passagers, a touché illégalement 180 millions d’aides depuis 2002», estime Me Sébastien Mabile, qui conseille la compagnie maritime marseillaise. Cette aide avait été mise en place par l’Office des transports de la Corse sur les liaisons maritimes avec Toulon et Nice, parallèlement à la délégation de service public à partir de Marseille attribuée à la SNCM et à la Méridionale. Elle était destinée à réduire le prix du billet pour les résidents corses, les jeunes, les familles, les invalides… «Nous demandons à Corsica Ferries de prouver que les passagers transportés relevaient bien de ces catégories, explique Me Mabile. Si ce n’est pas le cas, ces subventions doivent être requalifiées en aides d’État incompatibles avec le traité de l’Union européenne et donc restituées à l’OTC.»

La SNCM répond ainsi enfin au harcèlement judiciaire dont elle est l’objet depuis de nombreuses années de la part de sa concurrente. «Quand on s’est rendu compte que nos actionnaires, y compris l’État, voulaient qu’on aille à la liquidation pour sortir de ce guêpier, on a décidé d’adopter une stratégie plus agressive envers Corsica Ferries», indique un porte-parole de la compagnie.

La CGT se plaint depuis des années d’une concurrence déloyale de Corsica Ferries. Le syndicat a souvent pointé cette aide aux passagers, illogique puisque favorisant la concurrence à la continuité territoriale financée, elle aussi, par des aides d’État. Il a déposé un recours avant Noël. Le syndicat dénonce également un actionnariat opaque – le holding de contrôle de la société étant immatriculé en Suisse après l’avoir été au Luxembourg – et surtout ce qu’il appelle «un dumping social»: la compagnie naviguant sous pavillon italien, cela lui permet d’embarquer des marins communautaires – des Roumains en grand nombre -, bien moins onéreux que les marins français auxquels a recours la SNCM, dont les bateaux sont immatriculés sous pavillon français de premier registre.

Les personnels de la SNCM ont décidé jeudi la poursuite de leur mouvement de grève vendredi, avant de manifester à Marseille pour exiger l’application du plan de sauvetage de la compagnie maritime.

Vu sur: www.lefigaro.fr

Commentaire de Thibault Doidy de Kerguelen:

Baroud d’honneur d’une CGT directement responsable de la mort de cette compagnie, comme elle porte l’entière responsabilité de la mort de toute notre flotte marchande et de nos ports de commerce…

Avez vous lu ces articles?

3 comments

  • La France à perdue 10000 marins en 10 ans sur 50000 au total.

    La France ne communique pas sur ses chiffres (étonnant?)

    le problème de la marine marchande ne se résume pas à une histoire de concurrence. ni même a une prime quelconque.

    L’administration, le régime ENIM, les décrets intempestifs pour adapter à sa sauce les conventions internationales OMI (tous les marins retourne en formation depuis plus de 10 ans, même les vieux sinon ils n’ont plus le droit de travailler !) , l’arbitraire qui règne en maître dans l’administration, les « Réorganisations » administratives incohérentes, sont pour beaucoup dans la décadence de la marine marchande française.

    Si on ajoute à ça des syndicats surpuissants, vous obtenez un cocktail destructeur.

    suffit de regarder quels sont les compagnies maritime qui relies notre littoral pour comprendre que la France n’est plus présente.

    • Merci pour votre témoignage, effectivement ce sont plus de 10 000 emplois que notre marine a perdu et n’est pas prête de retrouver. La main mise des syndicats a flingué la tentative de pavillon de complaisance français avec le « Kerguelen ».

  • Une SNCM qui a servi de vache à lait. Peut être, un peu, au bénéfice de certains syndicalistes, mais d’abord au bénéfice de certains lobbies. Et surtout au bénéfice de la compagnie partenaire qui a fait sa trésorerie sur le dos de la SNCM et au bénéfice de C. Ferries qui va se retrouver en situation de monopole sur la Corse.
    Pour comprendre les dessous d’un dossier plus complexe que les apparences, vous pouvez lire le site:
    http://alainverdi.tumblr.com/ v

Laisser un commentaire