La France n’est plus en 2015 le premier partenaire de l’Allemagne

Ce qui se prépare...
The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

économie allemandeAlors que les supputations sur le programme économique du FN vont bon train, une chose est sûre, le programme socialiste est une catastrophe!

La France est partie pour céder cette année aux Etats-Unis sa place de premier partenaire commercial de l’Allemagne, une première depuis la Réunification allemande qui vient souligner un écart qui se creuse entre les deux principales économies européennes.

D’avril à septembre inclus, chaque mois cette année l’Allemagne a exporté plus par-dessus l’Atlantique que chez le voisin français, selon les chiffres de l’Office allemand des statistiques. En septembre, dernier mois pour lequel les chiffres par pays sont disponibles, ce sont pour 10,7 milliards d’euros de biens et services qui sont partis vers les Etats-Unis, et pour 9,2 milliards vers la France.
Pour Carsten Brzeski, économiste d’ING, la tendance est claire: «les Etats-Unis sont devenus le plus gros partenaire commercial de l’Allemagne et pour la première fois depuis des années ils vont finir l’année en position numéro un, devant la France». Celle-ci n’avait jamais été détrônée depuis la Réunification en 1990 et cette évolution a «une forte portée symbolique», dit-il à l’AFP.

Lisez aussi:  Masse monétaire libre et croissance (complément)

Si la France n’a plus les moyens d’acheter à l’Allemagne, l’inverse fonctionne toujours…

Pour la France, l’Allemagne est toujours le premier partenaire commercial, avec une part de 17% des échanges, a redit mercredi à l’Assemblée nationale le secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur Matthias Fekl.
«Les Etats-Unis prennent une importance gigantesque, et sont partis pour être la locomotive de l’économie mondiale dans les années à venir», analyse pour l’AFP Anton Börner, président de la fédération allemande des exportateurs BGA, alors que dans le même temps «l’économie française s’affaiblit».

L’Euro faible enfonce un petit peu plus l’économie française

Les politiques et pseudo économistes qui réclamaient une baisse de la valeur de l’Euro en affirmant que cela aiderait l’économie française en sont pour leurs frais. Voici maintenant que ces mêmes girouettes, incapables de quelques analyse argumentée, « mettent en avant » l’effet démultiplicateur de l’euro faible sur les exportations vers les Etats-Unis et le Royaume-Uni, un autre partenaire important de l’Allemagne. Et oui, bien sûr, nous ne cessons de le répéter sur ce site, c’est l’appareil économique et son adaptation aux besoins du marché qui fait les résultats, pas la gestion artificielle d’une parité monétaire!!! Baisser artificiellement la valeur d’une monnaie ne profite qu’à celui dont l’outil productif est le plus en ordre, jamais aux canards boiteux.  Voilà pourquoi M. Börner du BGA voit dans la distanciation de la France «un point d’inflexion, quelque chose de long terme».

Entre hypothèse et certitude

L’hebdomadaire Challenges titre aujourd’hui en parlant du FN « économiquement nuls ». C’est aussi notre avis, néanmoins, il faut reconnaître que cela n’est qu’une hypothèse, un avis, une opinion. La seule certitude que nous ayons pour l’instant, c’est que le Parti Socialiste est plus que nul, il est nocif à la France.

Lisez aussi:  Bercy: Les nouveaux locataires

Source: www.20minutes.fr

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire