La fin de l’abonnement illimité iDTGV ne passe pas….

The following two tabs change content below.

lefigaro.fr

Derniers articles parlefigaro.fr (voir tous)

SNCF-LogoLa SNCF n’avait pas encore compris la puissance que les réseaux sociaux donnent aux consommateurs… Elle apprend, elle apprend!

Fin de la carte iDTGVMAX

Ce n’était pas l’accueil auquel s’attendait la SNCF. Vingt-quatre heures après avoir présenté sa nouvelle offre illimitée à destination des jeunes et annoncé aux abonnés iDTGVMAX que l’offre allait prendre fin, l’entreprise publique doit faire face à une fronde en ligne. Et pour cause: les 10.000 privilégiés qui ont souscrit à cette offre n’ont pas l’intention d’y renoncer.

Lancée à titre expérimental il y a seulement deux ans, l’offre iDTGVMAX permet de voyager sur une partie du réseau iDTGV de manière illimitée, pour 59,99 euros par mois. L’offre avait rapidement essuyé une pluie de critiques: un nombre de destinations trop restreint et pas assez de places disponibles dans les trains concernés avaient incité 500 personnes à jeter l’éponge avant la fin du délai de rétractation, soit… quatorze jours. Mais iDTGVMAX avait fini par trouver son public et le service avait même été prolongé fin 2015.

La SNCF licencie ses clients par courriel, le ferait elle pour ses salariés?

Mais ce mercredi, la sentence est tombée, sous la forme d’un e-mail envoyé aux «Maxtrotters»: «iDTGVMAX c’est fini… MERCI d’avoir pris part à cette aventure». Le texte annonce la fin du service dès le 27 avril. Anticipant une levée de bouclier, l’entreprise a décidé de suspendre les prélèvements dès le mois de février afin que les «Maxtrotters» puissent «voyager gratuitement» jusqu’à la date butoir de la fin avril, soit pendant trois mois, et ce «quelque soit la date de fin d’abonnement» initialement prévue.

Lisez aussi:  Taxe sur les dividendes : Moscovici intervient

«L’une des missions d’iDTGV est d’explorer de nouveaux horizons, justifie l’entreprise dans le même courriel. À ce titre, iDTGVMAX avait été imaginé, il y a deux ans, comme une expérimentation dans le domaine de l’illimité. Grâce à la réussite d’iDTGVMAX, la SNCF prend aujourd’hui le relais dans le but de développer une offre illimitée à plus grande échelle.» Ainsi est née TGVmax, qui permet certes de voyager sur tout le réseau TGV mais est réservée aux 16-27 ans.

Réaction des clients via les réseaux sociaux

Et c’est là que le bât blesse. Que vont devenir les «Maxtrotters» de plus de 27 ans? Sur les réseaux sociaux, la révolte s’organise. Sur Facebook, un «groupe de soutien aux maxtrotters» a vu le jour. Chacun y raconte son désespoir de voir l’offre disparaître. «En l’espace d’un an à peine, cette carte, ouvrant d’une façon très vaste le champ des possibles, m’a permis de structurer toute ma vie», se désole ainsi Yoann. Suivent les témoignages de Valérie, qui habite à Vincennes mais a ouvert une boutique à côté de Toulon, Jérémy, acteur qui habite à Montpellier mais passe régulièrement des auditions à Paris ou encore Émilie, Parisienne qui rejoint régulièrement sa mère malade à Marseille.

Une «Maxtrotter» a décidé d’aller plus loin et a lancé dès mercredi après-midi une pétition sur change.org pour que la SNCF mette en place une «offre TGVMAX pour les plus de 27 ans». Arguant que les «Maxtrotters» ont «organisé [leur] vie professionnelle, familiale, amicale en fonction [de la carte iDTGVMAX]», la pétition demande à ce que les abonnements des «Maxtrotters» soient convertis en abonnements TGVMAX, même pour les plus de 27 ans. En moins de 24 heures, la pétition a déjà rassemblé plus de 1600 signatures sur les 2500 qu’elle demande.

Lisez aussi:  PIB chinois: l'objectif sera atteint

D’autres songent à aller encore plus loin. Dans le groupe Facebook, plusieurs «Maxtrotters» évoquent l’idée d’une action collective en justice contre la SNCF et renvoient vers le site d’un cabinet parisien d’avocats, où un formulaire à remplir est destiné à collecter les coordonnées des personnes flouées. La Fédération des usagers du train (Fnaut) rassemble elle aussi les témoignages avant de décider d’une éventuelle action.

Source: LE FIGARO – Le Figaro Economie – Actualité économique et financière, conseils en gestion de patrimoine

Avez vous lu ces articles?

Laisser un commentaire